lundi 14 août 2017

Charlottesville: comment la Syrie d'Assad est devenue une icône de l'extrême-droite américaine

Parmi les publications reprises par Buzzfeed de la page Facebook présumée de James Alex Fields Jr., le pilote de la voiture qui a tué une contre-manifestante lors desmanifestations d'extrême-droite à Charlottesville, en Virginie, samedi,on trouvait les icônes préférées de l'extrême droite,  Pepe the Frog, des croix gammées, et une photo d'Adolf Hitler enfant. 

Chose peut-être plus surprenante, il y avait aussi une photo du président de la Syrie, Bashar al-Assad, en uniforme militaire complet, sous laquelle était écrit " Jamais vaincu". Les réseaux sociaux ont largement diffusé les  captures d'écran du profil ,maintenant inaccessible, samedi et dimanche, même si l'authenticité du compte n'a pas pu être confirmée. Mais la fascination apparente avec Assad correspond bien  à un lien plus général entre l'extrême droite et le régime syrien qui s'est progressivement manifesté ces derniers mois (1) et a joué un rôle tout au long du rassemblement nationaliste blanc de ce week-end en Virginie.


La politique d'Assad - et celle de son père avant lui - ont toujours été associées plus à la gauche qu' à droite. Son défunt père, le président Hafez al-Assad, était au Moyen Orient l'allié le plus proche  de l'Union soviétique tout au long de la guerre froide. Le fils a bénéficié du soutien ferme d'une partie de la gauche radicale internationale tout au long de sa tentative d'écraser la rébellion de six ans contre son règne.

Au cours des derniers mois, cependant, Assad est devenue une icône aussi pour l'extrême droite; ses dirigeants et ses porte-parole ont fait l'éloge de la férocité avec laquelle il a poursuivi la guerre, son rôle dans la lutte contre l'Etat islamique et ses positions perçues comme antagonistes à la fois  contre les musulmans et les juifs .

Les méthodes implacables d'Assad qui ont abouti à des dizaines de milliers de victimes civiles semblent avoir encore accru sa stature. Dans une vidéo postée sur Twitter, trois hommes qui ont participé aux manifestations de Charlottesville ont salué l'utilisation par Assad des "barrel bombs", les barils d'explosifs pour soumettre les communautés qui se sont retournées contre lui.
 L'un porte un T-shirt qui dit: "Bashar's Barrel Delivery Co."

Les bombes à barriques sont des engins explosifs peu coûteux, fabriqués à bon marché, utilisés pour les bombardements à l'aveugle, et leur utilisation a tué des milliers de civils en Syrie.
"Assad n'a rien fait de mal", affirme une des figures de l'extrême-droite sur les réseaux sociaux, Tim Gionet, qui a diffusé cette vidéo, où on peut l'entendre crier " "Barrel bombs, hell yeah !"

L'émergence massive d'Assad en tant que héros populaire des néo-nazis semble avoir suivi une série de tweets en mars de  l'ancien chef  du Ku Klux Klan, David Duke, dans lequel il a prodigué des éloges au président syrien, en le décrivant comme un «chef incroyable» - et plus encore .


 D'autres dirigeants d'extrême-droite ont de longue date exprimé leur soutien au président syrien et espéraient clairement que le président Trump, qui a fait des commentaires flatteurs sur Assad tout le long de sa campagne s'engagerait pour lui. De tels espoirs étaient également basés sur le soutien que Assad avait reçu de certains politiciens d'extrême droite en Europe.  Marine Le Pen, en France, par exemple, a déclaré que maintenir Assad au pouvoir est «la solution la plus rassurante».
Après que Trump ait ordonné aux militaires américains de bombarder un aérodrome syrien en réponse à une attaque chimique dans le nord de la Syrie, de nombreux commentateurs d'extrême- droite ont exprimé leur consternation sur Twitter. Peu de temps après l'attaque, des manifestants opposés à l'intervention militaire, menés par le nationaliste blanc Richard B. Spencer, ont été confrontés à un groupe de manifestants antifascistes à l'extérieur de la Maison Blanche.

Bien que Trump ait continué à se détourner d'Assad,  l'appelant même « une personne vraiment maléfique» dans une interview télévisée d'avril, la fascination de l'extrême droite pour l'acharnement du président syrien à se maintenir au pouvoir a persisté. L'histoire d'amour de l'extrême droite avec Assad n'est d'ailleurs pas si étonnante: son parti Ba'ath est férocement nationaliste et ethnocentrique, axé sur la promotion de l'identité arabe. L'un des rares partis politiques autorisés par son régime et l'un de ses plus fervents partisans de la guerre est le Parti socialiste social syrien qui a tiré son logo de la croix gammée.

Traduit du Washington Post, article de Liz Sly et Rick Noah, 13 août 2017

(1) En réalité, les leaders suprémacistes blancs ont aux Etats Unis comme en Europe des liens très anciens avec le régime d'Assad, même si au niveau de la base activiste, l'intérêt limité pour les questions internationales ne suscite pas forcément des références permanentes au régime de Damas. David Duke dont il est question dans cet article a été l'invité de conférences publiques à Damas,pour y tenir des discours de soutien à Assad, et appeler à la guerre mondiale contre les "sionistes" ( voir ici une de ses interventions filmées: https://www.youtube.com/watch?v=21wyi5eGpxA)

dimanche 13 août 2017

Charlottesville: chronique d'un meurtre annoncé

Quelques jours avant l'attentat à la voiture folle commis par les néo-nazis à Charlottesville, attentat qui a couté la vie à Heather Heyer, une manifestante antiraciste, Devon Arthurs, un ex-néo nazi américain aujourd'hui âgé de dix huit ans apprenait qu'il allait sans doute échapper à la peine de mort.. 
Devon Arthurs est emprisonné pour meurtre en Floride, et passera sans doute le reste de ses jours en prison. Cependant lui n'a pas tué des antiracistes, mais deux de ses ex-compagnons de route néo-nazis. Il les a tués, parce qu'il avait décidé, seul, de ne plus être néo-nazi, rupture qu'il avait symbolisée en se convertissant, seul aussi, à l'islam. Il les a tués, parce qu'ils préparaient un attentat , et sur les lieux du crime, la police a retrouvé des plans mais aussi des explosifs prêts à l'usage. 

Dans cette affaire, ce qui n'est pas commun, ce n'est pas la préparation d'un attentat d'extrême-droite. La chose, malheureusement est banale, aux Etats Unis comme en Europe. Ce qui l'est, c'est la tentative désespérée, délirante et terrible, d'un très jeune homme de rompre, seul, avec une mouvance et une idéologie de haine qui avaient pris le contrôle de sa vie. 

Penser à la solitude des jeunes néo-nazis dans des sociétés qui minorent le péril terroriste fasciste, ce n'est ni les excuser, ni les exonérer de leurs responsabilités dans leur choix. C'est juste prendre conscience des mécanismes terribles qui aboutissent au meurtre de masse, à la manière dont se créent en toute impunité des groupes meurtriers, à la manière dont se fabriquent les soldats de la terreur blanche. 

A Charlottesville, lors du rassemblement armé qui a précédé la tuerie à la voiture folle, parmi les participants, il y avait David Duke, à visage découvert, comme à l'accoutumée.
David Duke a 67 ans, il est entré au Ku Klux Klan dans les années 70, et milite depuis ouvertement, et sans trop de soucis pour la suprémacie blanche. Il est raciste, antisémite, négationniste. C'est une figure internationale, qu'on retrouve parfois dans les colonnes de Rivarol en France. Il a également donné des conférences à l'invitation des régimes syriens et iraniens, en 2006 dans l'une d'entre elles, il y déclarait notamment  « L'Holocauste est le levier utilisé par l'impérialisme sioniste, l'agression sioniste, la terreur sioniste et les meurtres sionistes ».

Duke a inspiré de nombreux tueurs néo-nazis dans un passé même très récent. Il était par exemple la référence de John Houser, qui en juillet 2015 a abattu deux femmes et en a blessé grièvement plusieurs autres, lors de la projection d'un film trop féministe à ses yeux.  

C'est la particularité mondiale des idéologues néo-nazis qui appellent ouvertement à la violence et à la terreur armée: une liberté de le faire qui connaît très peu de limites, et une indifférence sociale assez généralisée à leur égard. 

Et pas seulement aux Etats-Unis: partout en Europe, ce matin, des jeunes néo-nazis qui sont allés jusqu'au meurtre regardent sans doute de leur prison les exploits de leurs homologues américains, pendant que les leaders qui les ont inspirés ont les mains libres. 

En France, Jérémy Mourain purge neuf années de prison, pour des violences racistes, des tabassages avec ce qui s'assimile à des actes de torture , même contre d'autres néo-nazis de son groupe, plus jeunes que lui. Pour le moment, il n'a pas encore à répondre de meurtres dont il s'est lui même vanté en prison: notamment, celui d’Hervé Rybarczyk , retrouvé noyé à Lille comme quatre autres personnes, en 2010 et 2011. Ce sont pourtant ses bavardages qui ont finalement amené la police et la justice à arrêter trois de ses compagnons de route pour les mettre en examen, après avoir longtemps considéré que toutes ces noyades étaient des accidents. 

Jérémy Mourain n'a même pas trente ans. Il a commencé sa carrière de néo-nazi très jeune, en organisant des ratonnades au hasard des cibles qui croisaient son chemin, les soirs où il avait décidé que ce serait l'ultra-violence raciste. Puis il a rencontré Serge Ayoub qui a dépassé la cinquantaine, et formait déjà des jeunes tueurs dans les années 80. Serge Ayoub est toujours un homme libre, sans doute parfois un peu frustré de l'image qu'on lui accole dans les médias, un simple "chef de groupuscules", un "skinhead" folklorique et minoritaire. Frustré ou parfaitement satisfait, puisque c'est ce qui lui a permis de devenir en toute impunité un recruteur et un formateur d'assassins , que dans d'autres circonstances, pour d'autres idéologies, on appellerait terroristes.

En Suède, Viktor et Anton Thulin, purgent eux une peine de plusieurs années de prison, pour avoir commis des attentats contre des centres d'accueil pour migrants. Aucun des deux n'a atteint ses 25 ans, mais leur niveau d'endoctrinement se mesure par exemple, au fait que l'un d'eux s'était tranché un doigt à la hache pour "se punir d'avoir regardé des sites pornographiques". Quelques mois avant leurs attentats, en quête de violence plus grande que celle des groupes locaux, trop inexpérimentés à leur goût, ils étaient partis s'entraîner dans un camp paramilitaire international en Russie, et étaient revenus chez eux, sans être inquiétés pour ce "voyage", un peu particulier, alors qu'une autre destination pour faire la même chose, en Syrie par exemple, leur aurait valu une arrestation immédiate. Ce camp paramilitaire était tenu par un ancien soldat russe, dont le mouvement a beaucoup aidé les milices russes en Ukraine, et finance divers mouvements néo-nazis à travers toute l'Europe.

C'est l'autre caractéristique des mouvements néo-nazis, leur véritable statut d'internationale brune, dans tous les domaines, logistiques, financiers, pratiques, mais aussi théoriques. Et ce dernier aspect est extrêmement important dans la structuration politique et l'endoctrinement des jeunes tueurs. Contrairement aux clichés sur les "skinhead groupusculaires , ivrognes et désorganisés", les jeunes néo-nazis ont pour beaucoup soif de connaissances et leur passage au meurtre se fait sur la base de raisonnements et de références précises. Parce que des militants plus expérimentés et plus stratégiques font le boulot, il n'y a rien de plus facile que de se procurer en trois clicks les textes fondateurs des suprémacistes blancs américains qui font du terrorisme en petits groupes "indépendants," le modèle même de l'action politique réussie, la seule manière de réussir à porter des coups puissants à l'"ennemi". La seule manière aussi d'être reconnu par les chefs, car tout le monde ne peut pas être chef, évidemment: et sur tous les forums transnationaux du net néo-nazi, l'endoctrinement et la fanatisation des plus déterminés passe aussi par des phases de culpabilisation et de dévalorisation. Les leaders idéologiques y raillent volontiers le jeune qui se prétend héritier des SS mais n'a que des croix gammées tracées sur les murs à revendiquer et n'a donc pas fait ses preuves.

Quant au soutien d'Etats puissants comme la Russie où les Etats Unis, il apparait aujourd'hui  dans la figure de Donald Trump, dont la victoire a aussi été permise par l'extrême-droite la plus fanatique, dont certains conseillers sont eux-même des animateurs de sites conspirationnistes et racistes, qu'on appelle désormais "alt right", comme on appelle ici le Front National "populiste", ce qui euphémise un peu leur nature réelle et donne l'impression d'une frontière bien marquée entre eux et les jeunes tueurs. Jusqu'au moment, où Trump renvoie les tueurs et leurs victimes dos à dos, ce qui crée évidemment un moment de gêne international.

Il durera sans doute peu, notamment en France, où l'habitude politique de renvoyer dos à dos les néo-nazis et les "antifas" est bien ancrée, depuis la mort de Clément Méric, réduite par de nombreux commentateurs à une "bagarre entre bandes rivales et violentes". Il durera d'autant moins longtemps que l'ancrage dans le débat politique de la fameuse "liberté d'expression", permet à l'extrême-droite de bénéficier d'alliés inattendus dans l'opinion publique dès que la question se pose de la répression contre les discours de haine et de violence. Très tranquillement, il y a quelques jours, Alain Soral saluait la mémoire du négationniste Ersnt Zundel , comme celle d'un "grand Allemand", tandis que Robert Faurisson et ses amis postaient un peu partout sur les réseaux sociaux et sur You Tube, des vidéos d'"hommage" au grand héros.

Aux Etats Unis, plus de 230 personnes ont été tuées par des suprémacistes blancs depuis 1995. Ce chiffre ne concerne que les meurtres aboutis, les tentatives de meurtres, les opérations punitives, les viols, ou la terreur exercée à l'intérieur même de ces mouvements est difficilement chiffrable.

En Allemagne , où les attentats néo-nazis contre les réfugiés sont devenus ordinaires ces deux dernières années, le procès du groupe armé NSU s'achève après quatre ans, et laisse les proches des victimes dans la colère et le désarroi: à aucun moment, en effet, il n'a été possible de mettre en lumière les responsabilités des différents services de l'Etat dans le laissez-faire qui a accompagné le périple sanglant des tueurs et leur a permis d'assassiner au moins treize personnes en toute impunité pendant plus de dix ans.

En France, de même, les procès de jeunes tueurs supposés comme Jérémy Mourain sont encore et toujours limités à des condamnations isolées, sans réelle enquête , ni action contre les réseaux qui leur donnent la capacité de pousser leurs désirs de mort et d'ultra-violence jusqu'au bout. Jusqu'au jour où leur portrait défile dans les médias, visages terrifiants et énigmatiques de jeunes machines à tuer, qu'on appelle souvent "loups solitaires".

Mais c'est bien parce qu'ils sont tout, sauf solitaires que les visages des victimes, eux aussi défilent.

Heather Heyer est la dernière en date, et elle aurait pu ne pas mourir , il suffisait de prendre au sérieux les néo-nazis qui avaient eux même annoncé qu'ils venaient à Charlottesville pour semer la mort. Puisse l'émotion suscitée par ce meurtre atroce déboucher sur l'action, enfin, aux Etats Unis et ailleurs.

MEMORIAL 98


samedi 5 août 2017

Un panda pour oublier la répression: Mme Macron interpellée.




              Liu Xia lors de l'immersion des cendres de son époux, imposée par  le régime chinois afin d'empêcher les hommages sur la sépulture de Liu Xiaobo


La campagne médiatique autour de la naissance de pandas dans un zoo français survient opportunément afin d'étouffer les inquiétudes sur le sort de Liu Xia, épouse du défunt dissident Liu Xiaobo et plus généralement sur la répression mise en oeuvre par le régime chinois. 

Puisque Mme Macron va être la "marraine" du panda, nous lui demandons de se préoccuper également de la destinée de Liu Xia veuve d'un prix Nobel de la paix, séquestrée par la dictature.  Liu Xiaoboest mort dans des conditions atroces le 13 juillet dernier,  sans avoir été libéré ni avoir pu se faire soigner à l'étranger, selon sa demande  .

Où se trouve Liu Xia, épouse du défunt Liu Xiaobo? 
Le régime chinois est responsable de la disparition et de la détention de la veuve du dissident Liu Xiaobo. Elle est gardée au secret depuis le décès du prix Nobel de la paix, a accusé l'avocat américain du couple, qui a annoncé avoir porté plainte auprès des Nations unies.
Liu Xia "est gardée au secret par les autorités chinoises dans un endroit inconnu" depuis le 15 juillet, jour des obsèques de l'opposant, affirme ainsi le texte déposé par Maître Jared Genser auprès du Groupe de travail sur les disparitions forcées  de l'ONU. 
  
"J'exige que les autorités chinoises apportent immédiatement la preuve que Liu Xia est en vie et lui autorisent un accès sans restriction à sa famille, ses amis, ses avocats et à la communauté internationale",
Liu Xia était de facto placée en résidence surveillée dans son appartement de Pékin depuis que Liu Xiaobo avait obtenu le prix Nobel de la paix 2010. Elle n'a pourtant jamais fait l'objet d'une quelconque condamnation ni même de poursuites. 
Depuis la veille du décès de son époux, elle n'a été en contact avec aucun de ses proches,. 
Le régime "communiste" a diffusé des photos d'elle prises lors des obsèques de Liu Xiaobo mais n'a  pas révélé où elle se trouvait depuis. Son quartier à Pékin est bloqué par les services secrets qui chassent les journalistes étrangers
Le régime n'a jamais reconnu qu'elle est privée de liberté. 
On peut donc considérer que Liu Xia est séquestrée par le régime chinois.
Nous exigeons sa libération. Mme Macron s'honorerait en se préoccupant du sort de cette femme

Rappelons qu'au cours de leur conférence de presse conjointe à Paris le 14 juillet, Donald Trump et Emmanuel Macron, interrogés par un journaliste chinois sur leurs impressions à propos du "président" chinois (non élu)  Xi Jipeng,  ont tous deux célébré « un des grands leaders de notre monde » (M. Macron), « un ami, un leader de talent, un homme très bon » (M. Trump), mais n’ont pas eu un mot pour dénoncer la mort d’un Prix Nobel de la paix en détention. Emmanuel Macron s'est contenté d'un tweet de 131 signes pour réagir après la mort de Liu.
MEMORIAL 98