lundi 14 mars 2016

Trump: un démagogue fascisant au pouvoir.



                                          A Chicago lors du meeting Trump le 11 mar

Actualisation du 24 janvier:

 L'origine glauque du slogan " America First" 




 Le slogan central de Trump provient du mouvement fascisant du même nom en 1930 aux USA, dirigé par Charles Lindbergh, antisémite enragé et admirateur d'Hitler. En septembre 1941, lors d'un meeting d' America First, Lindbergh déclare : « Qui sont les agitateurs bellicistes ( en faveur d'une guerre contre les nazis ? » et répond " les Britanniques, les Juifs et l'administration Roosevelt" reprenant ainsi les cibles de la propagande hitlérienne.
L'expression « America First » a également été le nom d’un parti nationaliste créé en 1943 et mené par le pasteur pro-nazi Gerald L.K. Smith . Elle a ainsi longtemps été réprouvée dans la vie politique américaine, car associée à la neutralité envers le nazisme L'expression a ensuite refait surface 2016 lors de la campagne présidentielle de Donald Trump, qui en a fait un slogan pour son programme isolationniste. Il a utilise l'expression deux fois lors de son discours d'investiture.


Actualisation du 21 janvier 2017

Contre Trump: immenses mobilisations aux USA et dans d'autres pays, à l'initiative du mouvement des femmes; espoir et confiance pour la suite des combats, contre le racisme, le  sexisme et le nationalisme. 
A New-York où les manifestantes  étaient particulièrement nombreuses et déterminées, c'est un mot d'ordre ambitieux qui éclatait:  Trump dégage! : Heyhey Hoho Donald Trump has got to go

A l'inverse, les dirigeants de l'extrême-droite européenne, réunis à Coblence en Allemagne, se congratulaient après la victoire de leur héraut US, qui suit leur succès de la campagne raciste du Brexit
Dans cette ville symbole de la réaction, où s'installèrent les aristocrates combattant la Révolution française, ils communient dans la haine et l'insulte, notamment contre l'accueil des réfugiés en Allemagne.
La mobilisation mondiale contre Trump et sa politique montrent la voie d'une autre solidarité internationale, celle de la fraternité et de l'opposition résolue aux régressions qu'ils veulent nous imposer.

MEMORIAL 98 

Actualisation du 14 novembre 
Steve Bannon, suprémaciste blanc, raciste et antisémite, nommé conseiller spécial de Trump 

Donald Trump a annoncé dimanche soir la nomination de son directeur de campagne, Stephen Bannon, au poste de conseiller spécial et de directeur de la stratégie au sein de la nouvelle équipe présidentielle. C’est la première fois qu’un personnage aussi extrémiste sera à ce point  proche du bureau présidentiel.
Le poste de conseiller spécial est un des plus importants auprès du président des Etats-Unis. Deux personnes, seulement, ont traditionnellement un accès illimité au Bureau Ovale : le "chief of staff" (directeur de cabinet), qui est à la fois le chef de l’administration présidentielle et l’équivalent d'un Premier ministre et ce conseiller spécial.
Bannon est l’ancien patron de l’agence de presse "Breitbart News" l’un des médias les plus extrémistes, racistes, antisémites, xénophobes et homophobes du pays. Il représente le courant ultra-réactionnaire dénommé alt-right (droite alternative) proche des suprémacistes blancs.
Il s'en est servi comme d'une rampe de lancement parce qu’il avait compris que ces ressorts extrémistes pouvaient servir de plateforme politique pour un candidat à la Maison-Blanche. 
Mais il se trouve aussi que lui-même, comme en témoignent ses proches, est un adepte de ces positions.
Ainsi son ex-femme, Mary Louise Piccard, a témoigné devant un tribunal sous serment et a déclaré que Bannon  s'était opposé, à la scolarisation de leurs filles dans un établissement d'élite à Los Angeles car "il ne voulait pas que les filles aillent en cours avec des Juifs" car " il n'aimait pas les Juifs et qu'il n'aimait pas la façon dont ils élèvent leurs enfants".
Cette nomination provoque un choc supplémentaire, notamment dans la population juive. On voit en effet  réapparaitre au grand jour le spectre d'un antisémitisme déjà présent tout au long de la campagne (voir ci-dessous) .  

Memorial 98

Actualisation du 12 Novembre  2016

Trump président: c'est une amère défaite.

L'élection d'un candidat raciste, sexiste, antisémite complotiste, démagogue fascisant soutenu par l'extrême-droite dans le monde entier, représente un coup sévère

Nous pensons aux conséquences négatives pour la population des USA, notamment les femmes, les Afro-américains qui vont subir encore plus de violences, les immigrés et tant d'autres...

Les forces racistes se trouvent encouragées, comme le symbolise la satisfaction du Ku Klux Klan et des néo-nazis, qui ont fait campagne pour lui. 

D'ores et déjà les actes et paroles racistes sont en forte augmentation aux USA, comme lors du Brexit  en Grande-Bretagne

Ici, ce sont sans surprise les  Le Pen et le FN qui exultent ainsi que les "Trumpistes" de la droite, dont Sarkozy et le président des LR, Laurent Wauquiez

Bien d'autres vont maintenant trouver des vertus au prétendu "candidat du peuple", comme lors du Brexit. Il s'agit en effet d'un mécanisme semblable: des millions de votes se sont portés sur voté sur un milliardaire raciste parce qu'il a promis de taper sur les Noirs, les Latinos, les musulmans, les immigrés. Parce qu'il a promis des armes, des morts, le pouvoir d'opprimer en toute liberté.

Et il serait temps de comprendre qu'à force de répéter que finalement l'extrême-droite représenterait  un vote de résistance à l'injustice sociale, on encourage ceux qui savent très bien ce qu'ils font.
La vague de manifestations anti-Trump qui a débuté dès le lendemain aux USA de l'élection montre une volonté de s'opposer aux mauvais coups que préparent déjà Trump et ceux qui le soutiennent.  

Memorial 98


Actualisation du 11 septembre  2016 

 En ce 15e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, il  faut rappeler que Trump flirte en permanence avec les théories complotistes. Il a ainsi affirmé que s'il était élu, il donnerait les noms de ceux "qui ont vraiment fait tomber le World Trade Center", sous-entendant que l'on ne savait toujours pas qui avait financé les attentats. 
Après le 11 Septembre déjà, il avait assuré avoir vu à la télé des "milliers et des milliers" de musulmans qui célébraient à Jersey City la chute des tours. Cette rumeur mensongère est diffusée par l'extrême-droite  Personne n'a évidemment retrouvé de trace de l'événement.
Trump a participé le 2 décembre dernier à l'émission du complotiste le plus connu des USA, Alex Jones, véritable businessman de la désinformation. 

MEMORIAL 98
 
Actualisation du 11 aout:

Les nouvelles attaques de Trump se situent clairement dans le domaine de l'appel au meurtre. Cela a débuté  par un  discours en Caroline du Sud, dans lequel il agite la perspective d'un contrôle des armes à feu en cas de victoire démocrate.  
Il évoque alors comme seul moyen de protestation le deuxième amendement de la Constitution américaine qui garantit aux Américains le droit de porter une arme. Ces propos sont perçus à juste titre comme un appel à la violence contre Hillary Clinton. La plus grande organisation du lobby des armes à feu aux États-Unis, la  National Rifle Association (NRA), a appelé dès le 20 mai  à voter pour Trump (voir ci-dessous) 
Deux jours plus tard le candidat républicain affirme que « Barack Obama est le fondateur de l’organisation État islamique (Daech) », et que Hillary Clinton en est la « cofondatrice ».
Il s'agit d'un nouvel appel à la violence, dans un pays dont plusieurs présidents ont été assassinés, dont Abraham Lincoln tué par un esclavagiste et John Kennedy. 
Memorial 98

Actualisation du 21 juillet:

A la convention républicaine de Cleveland, le britannique Nigel Farage, prétendument "retiré de la politique", est présent afin de soutenir Trump, dont la campagne raciste converge avec celle qu'il a lui-même mené en faveur du Brexit .
Le dirigeant xénophobe néerlandais Geert Wilders (allié du Front National)  est également présent et se félicite de ses convergences avec Trump.
Une internationale raciste s'organise ainsi ouvertement.

Memorial 98


Actualisation du 18 juillet: 

La Convention du parti républicain s'ouvre à Cleveland et va désigner un duo ultra-réactionnaire: Trump lui-même dont la campagne a constitué en un déluge de racisme et d'antisémitisme et le candidat vice-président connu pour ses actions et déclarations contre les droits des femmes, notamment à l'IVG et contre les droits des LGBT. Dans l'état de l'Indiana dont il est le gouverneur, il a mis en place des législations restrictives dans ces domaines.

Nous soutenons les manifestant.e.s de Cleveland qui protestent contre ces désignations. 

Memorial 98

Actualisation du 7 juillet: 


Le 5 juillet à Raleigh, en Caroline du Nord, Trump a salué Saddam Hussein.
Selon lui, Saddam Hussein « était un mauvais type, réellement mauvais. Mais savez-vous ce qu’il a fait de bien ? Il a tué des terroristes. Il le faisait si bien », a déclaré. « Ils ne leur lisaient pas leurs droits. Ils ne leur parlaient pas. C’étaient des terroristes, c’était fini », a-t-il ajouté.
Il faut rappeler, et cela vaut aussi pour tous les nostalgiques des dictateurs arabes, très organisés et actifs notamment sur les réseaux sociaux, que le principal exploit "antiterroriste" de Saddam a consisté à massacrer les Kurdes insurgés. Ainsi sonmassacre le plus connu a frappé la ville kurde de Halabja en Irak. Il s'est déroulé du 16 au 19 mars 1988, durant la guerre Iran-Irak. 
Environ 5 000 Kurdes y périrent dans des attaques chimiques au gaz largués par les avions  de l’armée irakienne.
Cette attaque faisait partie de l'opération "ANFAL" qui provoqua la mort de 182 000 personnes et la destruction de plus de 90 % des villages kurdes.
Le 26 mai 1987, le général Ali Hassan Al Majid dit « Ali le chimique » déclara devant les responsables du parti unique Baas :
« Dès que nous aurons terminé les déportations, nous commencerons à les attaquer [les combattants kurdes] de partout. (...) Nous les encerclerons alors en petites poches et les attaquerons avec des armes chimiques. Je ne les attaquerai pas avec des armes chimiques juste un jour, je continuerai de les attaquer pendant quinze jours »
Faibles réactions internationales
Le 26 mai 1987, Ali Hassan Al Majid proclamait : « Je vais les tuer tous avec des armes chimiques ! Qui va dire quelque chose ? La communauté internationale ? Qu'elle aille se faire foutre ! (...)».
Le massacre de Halabja ne souleva en effet guère de protestations de la communauté internationale. 
Perçu à l'époque comme un rempart contre le régime iranien, l'Irak de Saddam était  soutenu par les pays occidentaux, l'Union soviétique et de nombreux régimes arabes.
Après l'attaque au gaz, la France se contenta ainsi d’un communiqué condamnant l’« usage d’armes chimiques où que ce soit ».

Memorial 98



Actualisation du 3 juillet 

Nouvelle attaque antisémite de Trump:

son compte officiel publie un montage accusant sa rivale démocrate Hillary Clinton d'être corrompue et comportant une étoile juive ( ci-dessous).

L'étoile, superposée à un tas de billets de 100 dollars, porte l'inscription "Most Corrupt Candidate Ever !" ("La candidate la plus corrompue de tous les temps !").

Le tweet a été ensuite supprimé et remplacé par une nouvelle image où le slogan contre Hillary Clinton figure sur un rond rouge et non plus sur l'étoile controversée. Quelques jours après avoir prétendu atténuer ses attaques racistes (voir ci-dessous), Trump renoue donc avec les propos racistes et antisémites qui ont marqué toute sa campagne



 

  Ce montage antisémite de Trump est issu d'un site néo-nazi et suprémaciste blanc; il y a été produit le 22 juin dernier. Les néo-nazis américains soutiennent massivement la campagne de Trump, comme indiqué ci-dessous dans notre article.

Memorial 98

 

Actualisation  28 juin: 

Trump, en baisse dans les sondages, est contraint de reculer sur certaines des ses déclarations les plus racistes. 

Il a ainsi déclaré renoncer à son projet d’interdire l’entrée du territoire américain aux musulmans.  
Le candidat républicain présumé avait suggéré une « fermeture totale » des frontières américaines aux musulmans au lendemain de la tuerie de San Bernardino (Californie), décembre 2015. Après le massacre d’Orlando, le 12 juin, Trump avait encore durci sa position antimusulmane et proposé de suspendre l’immigration « issue de zones du monde qui ont un passé démontré de terrorisme contre les Etats-Unis ». Le candidat avait alors estimé que les USA devaient davantage recourir aux contrôles au faciès.
Le revirement opéré ce week-end par Trump fait suite à son recul dans les enquêtes d’opinion.

Selon ces sondages, environ deux Américains sur trois pensent qu'il n’est pas qualifié pour conduire le pays. Ils estiment que ses déclarations sur les femmes, les minorités et les musulmans montrent qu’il a « des préjugés ». Ils perçoivent également comme racistes ses attaques contre le juge fédéral Gonzalo Curiel dont il avait évoqué les "origines mexicaines" afin de le stigmatiser alors qu'il est charge du procès lié à des allégations de fraude à l’encontre de la Trump University. Cette affaire, peu connue hors des USA, révolte particulièrement les personnes d'origine latino-américaine.  Les propos de Trump sont en effet révélateurs de son racisme sans fard : 

« Il (le juge) est fier de son héritage. C’est un Mexicain. Nous sommes en train de construire un mur entre ici et le Mexique. La conséquence, c’est qu’il rend des jugements très injustes, des jugements auxquels on ne peut même pas croire. Cette affaire aurait dû se terminer il y a des années. »

Actualisation 26 juin:

Félicitations aux manifestant.e.s écossais contre Trump:

La visite de Trump dans un de ses golfs sur la côte est de l’Écosse a été perturbée samedi 25 juin par des manifestants qui ont brandi des pancartes « Trump aime la haine » et ont envahi le parcours.
Les manifestants se sont postés sur une colline surplombant le Trump International Golf Links. L’équipe du milliardaire américain a alors tenté d’éloigner les journalistes, les manifestants chantant et exhibant des drapeaux gay arc-en-ciel, de même que des drapeaux mexicains, pour dénoncer le projet du milliardaire américain de construire un mur à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l’immigration. Trump se félicite évidemment du Brexit britannique et de sa tonalité anti-immigrés.


 


Actualisation 20 juin:

Trump persiste et escalade: il a affirmé, dimanche 19 juin, que les USA  devraient réfléchir à des mesures de "profilage des musulmans" afin de lutter contre les attaques d'inspiration jihadiste.


Actualisation 13 juin

Trump le vautour:

Au lendemain de l'attaque d'Orlando, Trump se déchaine contre Obama et l'accuse d'être complice de l'attentat. 
Plus globalement, il accuse les musulmans présents aux USA de ne pas coopérer avec les autorités pour dénoncer les suspects comme Omar Mateen, qui a abattu 49 personnes dans un club gay. Alors que Hillary Clinton  a relancé le débat sur la facilité d'accès des armes à feu aux États-Unis, Trump s'en est pris à nouveau aux musulmans  aux États-Unis et à l'étranger, comme il l'avait fait après les attentats de Paris et de San Bernardino l'an dernier. "Nous avons besoin de centres de renseignements, car les gens dans les communautés où ces gens habitent, ils savent qu'il y a quelque chose de bizarre", a affirmé Trump dans une interview  sur CNN. "Mais ils n'appellent pas la police, ils ne dénoncent pas au FBI (...) " "Il y a des milliers de gens qui vivent aux États-Unis et qui ont la même haine dans leur cœur que lui, et nous devons savoir qui ils sont", a-t-il indiqué.
Trump a également répété son appel à interdire l'entrée aux États-Unis aux "personnes venant de Syrie et de régions du monde avec cette philosophie si haineuse et horrible", sur ABC, éludant la naissance américaine d'Omar Mateen. Au passage, il a estimé que si les personnes avaient été armées sur la piste du Pulse, la boîte de nuit ciblée ce week-end, "nous n'aurions pas eu cette tragédie-là".

Nous avions déjà mentionné ci-dessous les liens puissants de Trump avec le lobby des armes à feu. 

Il est aussi lié à des regroupements homophobes structurés et animés par le droite radicale au sein du parti républicain. Il s'agit notamment de groupes tels que Road to the Majority. Le 21 juin prochain, Trump a prévu de rencontrer une importante brochette de groupes de pression homophobes.

Notons aussi que l'extrême-droite aux USA et en Europe se réjouit des attentats dont elle considère qu'ils apportent de l'eau à ses thèses racistes et islamophobes. Ainsi Marion Maréchal Le Pen avait déclaré le 3 avril dernier en évaluant les possibilités de victoire du FN : " « Nous ne sommes pas résignés, même si la marche paraît haute. Imaginons que la crise migratoire s’accélère, qu’il y ait de nouveaux attentats, que Juppé gagne la primaire : il est possible qu’une partie de la droite se détache ... »
   
Memorial 98


Actualisation du 21 mai:


La plus grande organisation du lobby des armes à feu aux États-Unis, la  National Rifle Association (NRA), a appelé le 20 mai  à voter pour Trump, 
«Nous devons nous rassembler, et nous devons nous rassembler dès maintenant», a déclaré Chris Cox, le directeur du bras politique de l'organisation, lors de sa convention annuelle à Louisville.
 «Au nom des milliers de patriotes présents dans cette salle, des cinq millions de membres de la NRA, et des dizaines de millions qui nous soutiennent, j'annonce officiellement le ralliement de la NRA à Donald Trump pour la présidentielle».

L'appui de la NRA en faveur d'un républicain n'est pas une surprise mais en 2008 (John McCain) et 2012 (Mitt Romney), elle n'avait officialisé ce soutien qu'au mois d'octobre, quelques semaines avant l'élection présidentielle. Cette fois-ci elle se range aux côtés de Trump avant même la convention du parti républicain. Toute la droite radicale et l'extrême-droite est ainsi en campagne.

Memorial 98


Actualisation  5 mai:

Trump est maintenant seul en lice pour son parti, après le retrait des autres candidats (dont l'un, Ted Cruz, ne valait guère mieux que lui)
Les "suprématistes blancs" et autres fascistes se réjouissent bruyamment.  Ainsi David Duke, ancien dirigeant "Grand Dragon" du  Ku Klux Klan, raciste et antisémite enragé (voir ci-dessous  dans l'article)  se félicite que Trump ait réussi à contrecarrer  "les suprématistes juifs qui dirigent notre pays". D'autres dirigeants néo-nazis acclament "l’empereur Trump"


Actualisation 2 mai:

Plusieurs centaines de travailleurs mexicains ont manifesté à Los Angeles le 1er mai , contre le racisme, pour les droits sociaux, contre le programme xénophobe de Trump



                                          Des ponts et pas des murailles!

Actualisation 1er mai:

Les supporters antisémites de Trump harcèlent une journaliste qui a enquêté sur l'entourage du candidat. Julia Ioffe a publié un portrait de Melania Trump, son épouse.  Les soutiens du candidat républicain ont trouvé le papier trop critique, et pour exprimer leur colère contre la journaliste, ils se sont concentrés sur le fait qu'elle est juive.
Moins de 24 heures après la publication du papier, Julia Ioffe a reçu un déluge d'insultes antisémites, souvent très violentes.
Les trolls pro-Trump ont posté des images manipulées de la journaliste dans lesquelles elle porte l'étoile jaune et un uniforme de camp de concentration avec la légende «Julia Ioffe au camp Trump». Elle a également reçu plusieurs coups de téléphone anonymes dans lesquels un interlocuteur mystérieux diffuse des enregistrements de discours d'Hitler.
Sur Twitter, les fans de Trump  utilisent des images antisémites des années 1930 et des références à la Shoah.  
Trump est  soutenu par les mouvements les plus racistes, y compris les néo-nazis, comme nous l'indiquons ci-dessous.

Memorial 98

Actualisation 30 mars:

Trump veut "punir" les femmes qui avortent.
"Il doit y avoir une certaine forme de punition", a-t-il déclaré sur la chaîne MSNBC,. Il a aussi affirmé qu'il fallait "interdire" l'avortement, qui a été légalisé aux Etats-Unis par une décision historique de la Cour suprême en 1973

Actualisation 29 Mars


Corey Lewandowski, directeur de campagne de Trump, vient d’être inculpé pour coups et blessures sur Michelle Fields, une ex-journaliste du site d’information Breitbart, a fait savoir la police de Jupiter, en Floride.
Il a été inculpé d’avoir intentionnellement contusionné le bras de Mme Fields, lors d’un meeting de campagne de Trump le 8 mars. Depuis le début de sa campagne, Donald Trump s’en prend à la presse et plus particulièrement aux femmes journalistes . Il incite ses partisans à huer les représentants des médias. Lui-même attaque depuis des mois la journaliste de Fox News Megyn Kelly, mettant en doute ses qualités de journaliste, faisant des allusions à peine voilées à ses règles, ou affirmant carrément dans des tweets à répétition que c’est une « folle ».
Ces insultes sont devenues à ce point pressantes que Fox News s’est fendu d’un communiqué cinglant reprochant à Donald Trump « son obsession maladive » pour la journaliste.

Actualisation 16 mars:

Trump menace d'émeutes. Donald Trump a prédit des «émeutes» si le parti républicain devait décider de ne pas l’investir pour affronter le candidat démocrate dans la course à la Maison Blanche, parce qu’il n’aurait pas la majorité requise de délégués. «Je représente un nombre énorme... des millions de gens», a-t-il déclaré.

 

Face à la campagne xénophobe, raciste, sexiste , conspirationniste et  antisémite de Trump, des milliers de personnes ont réagi à Chicago le vendredi 11 mars. Devant la détermination de la foule de manifestantEs, le démagogue fascisant a été contraint d'annuler son meeting. On ne peut que féliciter ces valeureux/ses qui ont réussi à perturber la machine médiatique de Trump. Ils s'inscrivent dans une tradition de lutte contre la tolérance à l'égard des discours de haine qui tracent la voie vers des violences meurtrières

Dans le contexte des nombreux crimes racistes commis par des policiers contre des jeunes Afro-américains, la présence massive de militants de la campagne ‪#‎BlackLivesMatters‬, ainsi que de nombreux jeunes Hispano-américains représente un espoir.

Trump s'est ainsi vu rendre la monnaie de sa pièce, lui qui appelle sans cesse à la violence contre ceux et celles qui protestent face à sa campagne: le 1er février dernier il  enjoint ses partisans à «cogner», promettant de payer leurs frais d’avocat. Le 23 février, il a déclaré qu’il aimerait «donner un coup de poing dans la figure» d’un perturbateur. «Quand on manifeste il n’y a plus de conséquences, avant il y avait des conséquences», a redit Trump à St. Louis, en disant qu’il fallait que le pays «se durcisse».
«Honnêtement, c’est plus amusant que d’écouter un discours, n’est-ce pas?» a-t-il aussi dit, alors que la police procédait à des arrestations d'opposants.

Sa campagne à débuté le 16 juin 2015; lors de son annonce il s'en est immédiatement pris aux immigrés en ces termes: "Quand le Mexique nous envoie ses gens, ils n’envoient pas les meilleurs éléments. Ils envoient ceux qui posent problème. Ils apportent avec eux la drogue. Ils apportent le crime. Ce sont des violeurs." Le ton est donné. "Je vais construire un grand mur sur notre frontière sud, et le Mexique paiera pour le construire. Prenez-en bien note."
Puis le  milliardaire d'extrême-droite s'en est violemment pris aux musulmans qu'il veut interdire d'accès aux USA, aux réfugiés, aux sans-papiers, aux femmes, aux handicapés etc...


Le 3 décembre dernier il tient des propos antisémites devant une assemblée de membres juifs du parti républicain, déclarant notamment: « Je ne veux pas de votre argent donc vous ne me soutiendrez certainement pas».  Il est à noter que plusieurs organisations juives des États-Unis ont très vivement condamné les propos anti-musulmans de Trump.
Trump est d'ailleurs soutenu par les mouvements les plus racistes et "suprématistes blancs" y compris les néo-nazis. 
David Duke, ancien dirigeant "Grand Dragon"  du mouvement violent  Ku Klux Klan, raciste et antisémite enragé,  a apporté un appui enthousiaste à  Trump.  Interrogé sur ce soutien embarrassant, ce dernier a esquivé : « Je ne connais rien de David Duke, je ne connais pas ce groupe (le KKK). Vous ne voudriez pas que je condamne un groupe dont je ne connais rien».
Dans une autre  provocation nauséabonde, Trump a  repris sur Twitter une citation typiquement fasciste  de Mussolini: « Il vaut mieux vivre un jour comme un lion que 100 ans comme un mouton ».
Interrogé à ce sujet, il a répondu, «c'est une très bonne citation, très intéressante. Qu'est-ce que ça change, que ce soit Mussolini ou quelqu'un d'autre ?». 
Trump est aussi soutenu par Louis Farrakhan  dirigeant antisémite de la Nation of Islam, qui voit en lui un opposant au "lobby juif". 
Les supporters de Trump se sentent encouragés dans leur actions racistes violentes: ainsi un homme vient de tuer trois de ses voisins "parce qu'ils ne parlaient pas anglais". Il reprenait ainsi une des attaques de Trump contre les Latinos, reprises en boucle dans ses discours enragés. Ainsi aussi ce salut hitlérien repéré dans un des meetings de Trump.

Dans le monde entier, Trump jouit de l'appui des courants les plus réactionnaires et des fascistes qui le prennent comme modèle. En Allemagne  le parti d'extrême-droite AfD, qui vient de remporter une victoire électorale, l'imite largement et se retrouve à ses côtés dans la convergence avec Poutine. 
En France, on retrouve sans surprise ses supporters au sein du Front National. 

Des dirigeants "Les Républicains" se déclarent eux aussi aussi fans. C'est le cas de Sarkozy qui évoque à son sujet un "candidat du peuple". Son porte-parole Hortefeux, héraut de la xénophobie décomplexée, en tire même une inspiration pour la primaire en indiquant: « Cela montre qu’on ne gagne pas au centre, avec une campagne aseptisée, mais en clivant ». Le fascistoïde Laurent Wauquiez reprend la même veine en se félicitant de ses propos sur l’immigration. « Trump a une parole très directe et aborde des thèmes qui étaient jusque-là tabouisés »

Le tableau serait incomplet sans l'apport du maître du Kremlin. Trump et Poutine ne cessent de s'envoyer des fleurs et de se congratuler sur leur "puissance "respective. Ils méprisent pareillement les droits humains et la démocratie.

Trump représente un immense danger que les manifestantEs de Chicago ont très bien fait de dénoncer.
  

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.