mercredi 14 décembre 2016

Alep: non, nous ne sommes pas "impuissants", agissons!


                                          Alep détruite

Mise à jour du 11 janvier 2017

Confirmation: le criminel de guerre nazi Aloïs Brunner, jugé responsable de l'assassinat de quelque 130.000 juifs d'Europe durant la Seconde Guerre mondiale et adjoint d'Eichmann a été accueilli et employé par le régime Assad en Syrie. 
Une enquête approfondie parue dans la revue XXI siècle  ( et ici) confirme les informations déjà connues et qui éclairent à nouveau sur la nature du régime Assad père et fils.
Ceux qui, notamment à gauche, soutiennent le régime prétendument laïque et progressiste d'Assad sont une fois de plus confrontés à la véritable nature de cette dictature. 
Les journalistes français qui viennent de tendre un micro complaisant à Assad et de lui offrir une tribune de propagande dans le sillage de Thierry Mariani sont également interpellés par ces confirmations. 
De même que par la mémoire de leur confrère grand reporter GILLES JACQUIER de France 2 . Le journaliste a été tué en Syrie, il y a cinq ans jour pour jour, par un obus de mortier à Homs.
Il a été victime d'un guet-apens des forces du régime Assad et d'une manipulation d'une propagandiste du régime dénommée Anne-Marie de la Croix ( voir ici), très populaire dans le réseau complotiste de défense du régime syrien  Les journalistes français qui viennent de tendre le micro à Assad et de lui offrir une tribune de propagande n'ont manifestement pas eu la moindre pensée pour leur confrère, victime de ce massacreur. Depuis le 11 janvier, une esplanade parisienne porte son nom ; honneur à sa mémoire.

Memorial 98


Actualisation du 8 janvier:

Le criminel de guerre Assad invité à une séance de propagande sur la radio publique France Info dès ce 8 janvier et en version longue le lundi 9 janvier. 

Il se permet de justifier les massacres d'Alep en lançant: "Toutes les guerres sont mauvaises, c'est parfois le prix à payer" On notera que c'est exactement l'argument de mauvaise foi qu'utilisent ses soutiens français de droite et de gauche. 

Le prétexte des "terroristes" d'Alep qui sert à justifier son terrorisme d’État est factuellement faux puisque Daech a été expulsé de la ville depuis janvier 2014 par ces mêmes forces révolutionnaires contre lesquelles la dictature syrienne s’est acharnée. C’est contre une cité libérée de Daech depuis près de trois ans que le régime Assad, la Russie et l’Iran ont mené la campagne la plus meurtrière du conflit syrien.

Actualisation du 7 janvier 
Memorial 98 lors du rassemblement place Saint-Michel ce jour



Actualisation du 5 janvier :

Le combat de la population syrienne contre la dictature et contre Daech se poursuit. De plus, les armées russe, iraniennes/Hezbollah et du régime ne cessent de violer la trêve et de mettre en danger les populations civiles.
Dans le cadre d'une mobilisation internationale qui se déroulera dans plus de vingt capitales, nous soutenons l'initiative du rassemblement "La Syrie veut la Liberté", organise par des Syriens de Paris
Samedi 7 janvier à 16 h (et non 15h comme annoncé précédemment)
Place Saint-Michel (métro Saint-Michel)

Actualisation du 2 janvier
  
" Marche civile pour Alep": mise au point de Memorial 98

. Nous avons annoncé cette marche partie de Berlin, sur la base d'informations provenant de collectifs partenaires dans le soutien à la résistance syrienne. Mais nous sommes maintenant informés de graves problèmes d'orientation et de fonctionnement dans cette marche. L'organisatrice principale déclare (témoignage de participant.e.): "je ne sais pas ce qui se passe a Alep et je ne veux pas le savoir, je veux seulement des corridors humanitaires"...
Plus tard à l'arrivée d'une étape long débat, car les drapeaux de la révolution syrienne ont été interdits par les organisateurs. Après plusieurs heures de débat, une écrasante majorité des personnes présentes vote pour que les personnes qui souhaitent porter le drapeau de la révolution puissent le faire... Lendemain matin... changement... plus possible d'avoir le drapeau, c'est uniquement le drapeau blanc et c'est tout, menace d'appeler la police, exclusion de la marche. This is NOT a Civil March For Aleppo . C'est la marche d'Anna Alboth, pacifique, neutre... on marche mais on ne nommera pas les coupables" donc aucune référence à Assad et Poutine. En revanche la présence de Russia Today (média officiel de Poutine) est acceptée. Il apparaît donc que cette marche est manipulée et instrumentalisée au nom du "pacifisme". En conséquence, avec les autres associations, nous retirons notre soutien à cette initiative et mettons en garde contre la manipulation en cours.
Actualisation du 26 décembre: Marche civile pour Alep ( voir ici)

Ils viennent de partir de Berlin. Plus de 300 participants sont en marche vers Alep.
Ils exigent de l'aide aux civils, la protection des droits de l'homme et l'élaboration d'une solution pacifique pour le peuple d'Alep et d'autres villes assiégées en Syrie .

Actualisation du 23 décembre

Alep: jours de rage, de tristesse, de défaite et de mensonge. 

La "reconquête" d'Alep-Est par l'armée d'Assad est une fumisterie. L'envahissement de la ville-martyr est due uniquement à la puissance et à la cruauté des bombardements de l'aviation et de l'artillerie russe depuis septembre 2015, ainsi qu'à la présence massive des troupes iraniennes et de leurs sous-traitants tels le Hezbollah.

Un bataillon de la police militaire russe a aussi été déployé  à Alep pour assurer la "sécurité", selon le ministre de la défense russe, Sergueï Choïgou. Le bataillon russe compte entre 300 et 400 soldats, selon le premier vice-président du comité du Conseil de la Fédération pour la défense et la sécurité (chambre haute du Parlement), Franz Klintsevitch. « Il s’agit de jeter les bases pour un service de police dans la ville libérée »,
 
On notera qu'il s'agit de la première intervention militaire de la Russie en dehors des frontières de l'ancienne Union soviétique depuis la guerre d'Afghanistan (1979-1989).
 
Au lendemain de la prise d'Alep, la population syrienne en lutte contre la dictature et pour ses aspirations démocratiques a plus que jamais besoin de notre soutien. Les manifestations et rassemblements doivent se poursuivre, sans que nous nous laissions démoraliser par la puissance de Poutine, fort surtout de la lâcheté de ceux qui prétendent soutenir les Syriens et l'ont laissé faire.

MEMORIAL 98

Actualisation du 21 décembre

Alep/ Srebrenica: appel bouleversant de survivants du génocide de Srebrenica (Bosnie) en 1995 à propos d'Alep. Ils organisent une manifestation au cimetière où reposent les victimes du génocide (extrait)  :
"Nous regardons avec effroi ce qui se passe à Alep, en Syrie, des femmes, des civils sont victimes d’atrocités...
Il y a seulement vingt et un ans, à Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine, nous étions comme les gens d’Alep. Nos pères, nos frères, nos enfants étaient horriblement massacrés et d’autres le furent plus loin, dans le silence et nous regardions comme nous regardons Alep aujourd’hui. Nous lancions des appels désespérés à la communauté internationale.
Vendredi 23 décembre, nous organiserons une manifestation pacifique au mémorial et au cimetière de Potočari où sont enterrés beaucoup de nos êtres chers tués durant le génocide de Srebrenica. Nous appelons une fois de plus le monde à ouvrir les yeux devant la situation en Syrie. Il y a 21 ans, le monde a fermé les yeux et nous a laissé nous faire massacrer comme des animaux. Nous espérons que tous ont tiré des leçons de cette douloureuse expérience. Nous espérons que le monde ne fermera pas les yeux une nouvelle fois. Nous espérons qu’il n’y aura plus jamais de Srebrenica, pour personne et nulle part au monde.

Les enfants de Srebrenica."
Voir ici le texte complet de l'appel et le contexte historique de Srebrenica.
Lors du rassemblement parisien de solidarité avec Alep le 19 décembre, un porte-parole de Memorial 98 a présenté l'appel de Srebrenica; à voir et entendre ici

Actualisation  du calendrier des rassemblements ci-dessous à la fin du texte
Face au désastre d'Alep, on entend et lit une lamentation toxique largement relayée par les médias: " Nous sommes impuissants, nous sommes coupables" 
Qui est ce "nous", vague et démobilisateur ? 

Ce discours d'auto-flagellation place dans une même case, d'une part ceux et celles qui manifestent d'une manière ou d'une autre leur soutien à la population syrienne contre Assad et Daech, et d'autre part les forces politiques, les gouvernements et institutions internationales qui ont laissé faire Assad et Poutine, voire les ont soutenus.

On peut se sentir défait, battu, en colère, mais pas "coupable" ou "impuissant" car cette  dernière attitude constitue un cadeau fait aux massacreurs et bloque les mobilisations qui se poursuivent.
 
Tant de personnes ont passé et passent de nombreuses heures à soutenir les réfugiés syriens, à manifester, à expliquer, à combattre la propagande pro-Assad ou pseudo-pacifiste; il faut élargir ce mouvement à tous ceux et celles qui sont horrifié.e.s par ce qui se passe à Alep, même s'ils/elles semblent  se "réveiller" seulement  maintenant.

Le discours de l'"impuissance de la communauté internationale" exonère en fait les gouvernements de leur responsabilité politique. Car si tout le monde est "impuissant" alors personne n'est responsable. On laisse en place le droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU et le tour est joué.
 

En revanche pour ceux et celles qui veulent sincèrement agir, il est l'heure de se bouger tous azimuts,tout d'abord en participant systématiquement aux initiatives publiques et en en prenant l’initiative, en les relayant. Mais aussi en expliquant, en combattant pied à pied contre la propagande complotiste, contre les rouge-brun, contre Fillon et Le Pen qui soutiennent les massacreurs , contre la trahison de la gauche qui converge avec eux.

Il y a assez de travail pour tous et toutes, notamment sur les réseaux sociaux, sans le laisser impressionner par la vague très organisée des supporters de Poutine et d'Assad, maintenant renforcés par ceux de Trump

Le combat n'est pas terminé en Syrie, la résistance et la population ont plus que jamais besoin de nôtre soutien: agissons!


Nous citons ici un texte publié il y a plus de 5 ans, le 5 Juin 2011, par  Memorial 98, quelques semaines après le début des manifestations en Syrie et toujours d'actualité, comme de nombreux autres dossiers à retrouver sur le site ( en utilisant le moteur de recherche) :
" L’histoire se répète tragiquement : face à d’immenses manifestations, face aux massacres perpétrés à l’arme lourde, face à la dictature, les gouvernements assistent sans réagir au massacre du peuple syrien.
Le prétexte pour le quasi-silence face à la guerre menée contre le peuple, est que le régime syrien constituerait un « facteur d’équilibre » au Moyen-Orient.
C’est la vieille antienne qui considère que pour des impératifs « géopolitiques » certains peuples n’ont pas droit à la justice et à la liberté, ni même aux droits élémentaires.
Le pays est dominé par l’armée et les services secrets ; la famille Assad et ses alliés ont fait main basse sur l’économie, la police politique espionne toute activité, les enfants même sont menacés, battus, torturés.
Le soutien apporté par Chavez à cette dictature sanglante, comme à celle de Kadhafi, est un crime impardonnable.
Qu’attend la gauche française, qu’attendent les associations de défense des droits de l’homme pour organiser des initiatives de soutien au peuple syrien ?" 

  
Actualisation du 15 décembre 

Alep: Syrie liste des manifestations de soutien  prévues dans les prochains jours 
Jeudi 15/12
Paris 15h - Ambassade de Russie
Paris 19h - Place André Tardieu (7e à proximité de l'ambassade de Syrie)
Saint-Etienne 16h30 - Place du peuple
Metz 18h30 - Arsenal de Metz
Avignon 18h30 - Hôtel de ville
Rennes 19h - Place de la République
Nice 18h - Place Garibaldi

Vendredi 16/12

Aix-en-Provence 15h - Place de la Mairie
Montpellier 18h - Place de la Comédie

Samedi 17/12

Lyon 16h30 - Place de la Comédie
Lille 14h - Place de la République
Lorient 16h - Place Aristide Briand (Cercle de silence)
Nancy 17h - place Stanislas
Marseille 15h - Vieux port de Marseille
Bordeaux 15h - Place de la Victoire
Strasbourg 15h30 - Place de la Gare





A Paris le rassemblement  pour Alep le mercredi 14 décembre a été un succès: beaucoup d'émotion a l'écoute des témoignages de Syriens. Nombreux jeunes, les mots d'ordre sont fortement repris, notamment: "Bachar Poutine assassins, liberté et démocratie en Syrie " et le cri répété "Alep!" 

 Actualisation vendredi 16 décembre:

L'évacuation des civils d'Alep est à nouveau bloquée par les troupes d'Assad et de Poutine. La population reste menacée. Aucun accord n'est respecté. Il faut absolument maintenir la pression afin de sauver les dizaines de milliers de personnes en danger. 
Memorial 98 appelle tous tous ses ami.e.s à participer aux rassemblements et à diffuser l'information

Nouvelles dates: 

Paris lundi 19 à 18 h Place Stravinsky ( à côté Centre Pompidou) afin d'exiger une "trêve globale" en Syrie, organisé par Collectif Syrie dont Memorial 98 fait partie

Toulouse mardi 20 à 18 H  Métro Jean Jaurès Allées Franklin Roosevelt  
 
Srebrenica ( Bosnie) 23 décembre cimetière de Potocari  
 Paris  24 décembre  Rassemblement de 15h à 17h à proximité de l’ambassade d’Iran.
Place d'Iéna - 75016 Paris
Métro : Trocadéro ou Iéna
Pour dénoncer les crimes de guerre des mollahs d’Iran et de leurs milices en Syrie, et en solidarité avec la ville martyre d'Alep.
Soyez nombreux !
 


 

MEMORIAL 98

mardi 6 décembre 2016

6 décembre: en mémoire de Malik Oussekine et Abdel Benyahia




Ni oubli, ni pardon: 30  ans après, jour pour jour, nous pensons à Malik Oussekine, tué par les "pelotons voltigeurs" de la police parisienne dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, en pleine mobilisation étudiante contre les lois Devaquet. 

Memorial 98 salue sa mémoire, se souvient de la responsabilité directe de Pasqua et Pandraud, ministres de l'Intérieur et de la Police de l'époque ainsi que de celle de Chirac chef du gouvernement.
Les pelotons voltigeurs ont été mis en service par Pandraud . Ce sont des policiers montés à deux sur une moto tout-terrain ; l’un conduit, l’autre est armé d’une matraque. Ils ont comme mission de « nettoyer » les rues après les manifestations en pourchassant les  prétendus « casseurs ».  Ce corps de police fut dissous à la suite de cette affaire. Le ministre Devaquet démissionna, sa réforme fut retirée ainsi que le projet gouvernemental raciste qui s'attaquait au droit du sol (voir ici


On se souvient aussi comment le Front National a, un an plus tard, commenté sa mort : « Des Français comme les Oussekine, on peut s’en passer […]. On se souvient de la mort du petit casseur gauchiste nommé Malik Oussekine. Malgré son état de santé lamentable, il n’avait pas hésité à attaquer en pleine nuit les forces de police chargées du maintien de l’ordre » (extrait du journal du Front national du Var , 20 janvier 1988).

Quant aux assassins de Malik Oussekine, les voltigeurs Schmitt et Garcia, ils ne seront inculpés que de "coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Aux assises, en 1990, ils s’en tireront avec cinq ans de prison avec sursis pour le premier, deux ans pour le second.

Nous nous souvenons également de Abdel Benyahia tué dans la même nuit  du 5 au 6 décembre 1986 à Pantin à l'âge de 20 ans, par un inspecteur de police qui n’était pas en service. Dans les manifestations qui suivirent, les noms de Malik Oussekine et d'Abdel Benyahia étaient associés,   même si aujourd'hui, malheureusement, la mémoire du second se perd. 
Ainsi  lorsque Malik Oussekine est enterré au à Paris , une manifestation à la mémoire des deux,  Malik Oussekine et d'Abdel Benyahia, réunit plusieurs centaines de milliers de personnes.



  
 Au lendemain de la mort d'Abdel Benyahia, pendant 48 heures, c’est le blackout total dans tous les services.
 La famille n’est avertie que le 8 décembre de l’endroit où a été transporté le corps.  Le policier Savrey est n'est inculpé que d' "d’homicide involontaire" et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Il avait 1, 83 grammes/litre d'alcool dans le sang. Maître Forster avocat de la famille Benyahia déclara alors  : "C’est sur réquisition du ministère que le juge d’instruction n’a pas délivré de mandat de dépôt à l’encontre du policier". 
A la Cité des 4000 (La Courneuve) où habitait la famille Benyahia, se constitua le Comité justice pour Abdel qui s’acharne à réclamer la vérité. Six mois après le meurtre, le crime est requalifié "d’homicide volontaire" et Savrey est incarcéré. Le procès,  aux assises a lieu en novembre 1988. Des policiers déclarent  à la barre : "Vous savez bien que dans la police tout le monde boit ; un autre fonctionnaire aurait eu le même geste. On peut imaginer alcoolémie ou pas, qu’on aurait abouti au même résultat".  Le  réquisitoire demandait  : 8 ans  de réclusion. Verdict du jury : 7 ans de réclusion.

En cet anniversaire on se souvient aussi de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré le 27 octobre 2015 ( voir ici) avec le scandale de l'impunité policière et plus près de nous de la mort d'Adama Traoré, victime des violences des gendarmes,  mort le 19 juillet à la gendarmerie de Persan après son interpellation. Sa famille et ses amis sont harcelés depuis.

Nous n'oublions pas et réclamons la justice, la vérité ainsi que la fin de l'impunité.

MEMORIAL 98