dimanche 17 avril 2016

Procès Eichmann 1961: un moment historique.


                                                       Eichmann lors du procès


C'est le 11 avril 1961 que ce procès historique débuta à Jérusalem, quelques jours avant le dix-huitième anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie, débutée le 19 avril 1943 et qui symbolise l'extermination des Juifs d'Europe de l'Est



Après la Seconde Guerre mondiale, le criminel de guerre nazi Adolf Eichmann s'enfuit d'Autriche et parvint en Argentine, où il vécut sous un nom d’emprunt, en bénéficiant à l'époque de protections et de la passivité de l’état allemand.


En mai 1960, des agents du Service de renseignement israélien s'emparèrent d'Eichmann et le transportèrent à Jérusalem afin qu'il y soit jugé.



Le procès Eichmann entraina une immense émotion et connut des scènes terribles lors de certains témoignages de rescapé.e.s.

Il révéla à une partie du grand public l'ampleur des atrocités nazies.

De nombreux survivants de la Shoah se sentirent enfin capables de raconter leur histoire.
 Le procès représente une étape importante dans la reconnaissance et la prise en compte du génocide des Juifs, mis en œuvre systématiquement dans toute l’Europe.



L'acte d'accusation, rédigé par le procureur général d'Israël,  Gideon Hausner, comportait quinze chefs d'accusation, dont ceux de crimes contre le peuple juif et de crimes contre l'humanité. 

Contrairement à différentes descriptions, dont celle de Hanna Arendt évoquant la" banalité du mal" et réduisant l'accusé à un rôle bureaucratique, Eichmann, mû par l'antisémitisme des SS dont il faisait partie, s'acharna à exterminer le plus grand nombre possible de victimes juives.



Après la conférence de Wansee de janvier 1942 qui systématisa et organisa le projet génocidaire, Eichmann fut chargé de coordonner les déportations de Juifs d'Allemagne et d'Europe de l'Ouest, du Sud et de l'Est, vers les camps de mise à mort.



Il agissait par le biais de ses représentants parmi lesquels Aloïs Brunner (lequel finit sa sinistre carrière auprès du régime Assad en Syrie) Theodor Dannecker présent notamment en France, Rolf Günther, Dieter Wisliceny et d'autres au sein de la Gestapo. 



Eichmann dressait les plans de déportation jusque dans les moindres détails. Travaillant avec d'autres organismes allemands, il gérait aussi la confiscation des biens des déportés et s'assurait que son service en bénéficie. Il organisa également la déportation de dizaines de milliers de Tsiganes

                                     En uniforme SS



Une des ses principales missions maléfiques se déroula à la fin de la guerre, en mars-décembre 1944, à Budapest, en Hongrie. Il y organisa de sa propre initiative la déportation et l'extermination des Juifs hongrois : sur 400.000 déportés, 275.000 périrent.


Eichmann fut aussi accusé d'appartenance à des organisations criminelles — les Sections d'assaut (SA), les SS, les Services de sécurité (SD) et la Gestapo (qui avaient été toutes été qualifiées de criminelles lors du procès de Nuremberg).



Déclaré coupable de tous les chefs d'accusation, Eichmann fut condamné à mort. Il fut pendu le 1er juin 1962. Son corps fut incinéré et ses cendres dispersées dans la mer, au-delà des eaux territoriales d'Israël. Ce fut le seul cas d'application de la peine capitale dans l'histoire de l’État d’Israël. 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.