samedi 28 février 2015

Action contre une conférence négationniste à Toronto

denial fuels the cycle of genocide

Le 27 février 2015, une conférence était organisée à l'univeristé de Toronto sur les souffrances dans l'est de l'Anatolie lors de la Iere Guerre Mondiale. Parmi les intervenants, Justin McCarthy et Bruce Fein, connus pour leurs positions négationnistes concernant le génocide arménien.

Après avoir écouté les introductions, qui confirmaient la négation du génocide arménien, 80 jeunes militants de l'association "Fédération de la jeunesse arménienne au Canada" se sont levés et sont restés debout dos aux orateurs. Certains portaient des slogans comme "unité contre la négation des génocides" ou "le négationnisme nourrit le processus de génocide".

Les manifestants ont ensuite quitté la salle en cortège, laissant une vingtaine de personnes venues écouté la conférence, et ont remis une pétition de 2000 signatures dénonçant la conférence et demandant que l'Université prenne ses distances vis à vis des organisateurs et orateurs.
Plusieurs associations avaient déjà au préalable demandé l'annulation de la conférence.

Les méthodes de propagande et d'intimidation de l’État turc sont analysées dans cet article de Memorial98.org  : http://www.memorial98.org/article-genocide-armenien-la-justice-enfin-94102719.html

vendredi 27 février 2015

Qui sont ces parlementaires fraçais qui ont rencontré le dictateur et tortionnaire Bachar Al Assad ?

Quand nos parlementaires vont boire un thé imbibé de sang avec un assassin et un tortionnaire, dans le paisible salon d'un dictateur qui, le thé fini, décidera du prochain opposant à liquider dans une des oubliettes du régime, des centaines de civils qui périront le soir même ou les jours suivants dans un bombardement sur des zones d'habitation, des centaines de milliers de vies d'enfants à briser à tout jamais, par la famine, par les bombes ou par l'exil dans des camps de réfugiés.
"Des massacres de masse, des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre sont propres à la guerre.", nous dit un sénateur socialistes qui cautionne cette initiative, ajoutant, qu'il n'en discuterait pas avec Daech, mais qu'Assad est lui un pouvoir "légalement reconnu".
Et un crime contre l'humanité par un pouvoir "légalement reconnu", bah c'est peanuts. Une logique diplomatique pas vraiment nouvelle, mais toujours aussi monstrueuse.

Les députés en question ont dissimulé leur projet de voyage à leurs collègues du groupe d'amitié France-Syrie. Sans surprise ils sont soutenus par un des principaux lobbyistes de Poutine, le député Thierry Mariani qui se situe à l'extrême-droite de l'UMP. 
L'initiateur principal de cette rencontre, Jacques Myard est un député UMP qui n'hésite pas à s'afficher et à collaborer avec les fascistes de toutes obédiences et avec la secte Moon, et à les inviter à l'Assemblée Nationale. C'est aussi un de ceux qui a fait capoter la proposition de loi contre le négationnisme du génocide arménien. Tout ceci rend d'autant plus honteuse la participation de parlementaires de gauche à cette visite de courtoisie au dictateur, et une simple prise de distance du gouvernement avec cette initiative de parlementaires de sa majorité ne signifie pas grand chose, par rapport à la gravité de ce qui vient d'être fait . 

Pour la "petite" histoire, on notera que le député PS Gérard Bapt, qui a tant d'indulgence pour les crimes contre l'humanité du boucher de Damas, a par contre un ennemi déclaré, les pauvres: c'est encore une fois avec un parlementaire UMP qu'il déposait par exemple un amendement adopté depuis qui permet de croiser encore un peu plus les fichiers des personnes précaires, avec un accès généralisé à ces fichiers qui détruit totalement le droit à la vie privée des personnes concernées, sous prétexte de lutte contre la "fraude". Mais c'est bien connu, les chômeurs sont moins fréquentables que les dictateurs.

Ce voyage de la honte doit surtout stimuler la reprise d’initiatives de soutien au peuple syrien écrasé par la dictature d'Assad et par Daech; Memorial 98 a sans cesse mobilisé pour cette cause 
Voir Syrie : soutenons le peuple martyrisé 
  

mardi 24 février 2015

Projet de tuerie de masse au Canada pour la St Valentin : des liens avec le néo-nazisme

La presse française a fait état de l'arrestation, samedi 14 février 2015, de plusieurs jeunes gens qui allaient commettre une tuerie de masse le jour de la Saint- Valentin au Canada.
Le projet consistait à tirer dans la foule dans un centre commercial, suivi d'un suicide

Immédiatement après l'annonce du projet, les autorités canadiennes avaient communiqué sur le caractère "non-terroriste" de l'affaire, l'absence de "motivations culturelles"...

Il s'avère pourtant qu'il s'agissait bien de militantEs politiques : des néo-nazis.

Parmi les deux personnes arrêtées, une jeune femme américaine de 23 ans, dont plusieurs posts internet reprenaient des symboles nazis (croix gammées, symboles SS) et des suprémacistes blancs (white power). Un autre jeune homme impliqué, qui s'est suicidé alors que la police encerclait sa maison, postait sur son blog des références admiratives sur Hitler et les nazis.

lundi 23 février 2015

Des musulmans forment une chaîne humaine autour de la synagogue à Oslo

Succès de la mobilisation d'Oslo: à l’initiative de jeunes musulmans une chaîne humaine a été formée autour de la synagogue de la capitale norvégienne. 
Plus de 1 300 personnes se sont rassemblées samedi 21 février 2011 pour dénoncer les préjugés dont sont victimes Juifs et musulmans, dans le contexte des attentats de Paris et de Copenhague.

Des initiatives peu médiatisées mais qui ne sont pas isolées. Dans le quartier de Hackney, dans le nord est de Londres, des volontaires bénévoles de l'association juive Shomrim ("gardiens" en hébreu) patrouillent depuis des années, pour veiller non seulement sur les synagogues, écoles et magasins juifs, mais également sur tout le quartier et particulièrement sur les mosquées.
Tout comme à Sarcelles, des voisins ont manifesté leur solidarité et aidé après les attaques antisémites de juillet 2014.

dimanche 22 février 2015

Hooliganisme en Europe : racisme des uns, antisémitisme des autres


Actualisation du 4 janvier:

Voici le jugement : deux des prévenus, qui ne se sont pas présentés au procès, ont été condamnés à un an de prison avec sursis. Les deux autres, qui ont contesté devant les juges tout acte raciste, ont été condamnés à six et huit mois de prison avec sursis. Ils devront également verser à eux quatre 10 000 euros de dommages et intérêts à la victime.
On constate donc que la culpabilité des agresseurs est clairement reconnue mais que la peine demeure très limitée.
Souleymane Sylla et son avocat se déclarent très satisfaits de ce verdict. Ceci montre que les victimes d'actes racistes, même caractérisés et médiatisés, craignent de ne pas être soutenus par la justice et se réjouissent donc d'un verdict de culpabilité sans peine de prison.

Actualisation du 3 janvier 2016

"J'ai été choqué. Je veux que ces hommes soient jugés." Voilà quasiment deux ans que Souleymane Sylla attend ce jour : l'ouverture du procès ce mardi 3 janvier des quatre supporters de football anglais qui ont bouleversé sa vie. 
 Ce 17 février 2015, à Paris il rentre du travail. À la station de métro Richelieu-Drouot, quatre Anglais, venus à l'occasion du match de Ligue des champions entre leur club de Chelsea et le PSG, l'empêchent brutalement de monter à bord d'une rame en criant "Nous sommes racistes et fiers de l'être".
"Pour moi, ces choses-là n'arrivaient que dans les films. Moi j'entendais l'histoire de Rosa Parks, mais je ne croyais pas que ça allait m'arriver à moi", explique-t-il, en référence à la figure de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis. 
Depuis son agression, Souleymane Sylla a du mal à trouver le sommeil. "J'ai pris des médicaments. Avec l'aide de mon médecin et de mon psychologue, j'ai pu reprendre le travail progressivement, mais ce n'est pas facile, raconte-t-il. Mes enfants aussi ont été choqués. Je veux que ces hommes voient qu'ils ont touché un père de famille."
Nous lui renouvelons notre entière solidarité et espérons une condamnation à la hauteur de la gravité de l'acte des agresseurs racistes
 
 MEMORIAL 98

Actualisation  25 mars 2016:

Le grand footballeur néerlandais Cruyff, qui vient de décéder, avait subi des agressions antisémites, notamment lorsqu' il révéla le cancer dont il est mort.

Ainsi en octobre 2015, alors que son cancer était déjà connu, durant un match en son honneur aux Pays-Bas entre Vitesse et l'Ajax, un supporter de Vitesse a brandi une bannière avec l'inscription 'JHK', ce qui signifie 'Joden Hebben Kanker', les "Juifs ont le cancer".

Le club néerlandais d'Ajax Amsterdam, considéré comme'"Juif", est souvent l'objet de slogans et d'attaques antisémites. La plus courante consiste à simuler le bruit d'un gaz qui se répand, en allusion aux chambres à gaz nazies.
Memorial 98

Des supporters du FC Lucerne ont le 15 février 2015, mis en scène un simili pogrom dans les rues de Saint Gall en Suisse, en chassant devant eux un supporter déguisé en Juif.
Ces "supporters" sont des récidivistes, comme le note la presse suisse "Ce n'est pas la première fois que le FC Lucerne se «distingue» par son comportement raciste. Du virage des supporters lucernois s'échappe parfois un chant contre les «Juifs de Saint-Gall»

A Paris, c'est le 17 février qu'un voyageur d'origine africaine a été empêché de monter dans une rame de métro par des supporters de Chelsea, scandant "we're racistes, we're racists and that's the way we like it" (nous sommes racistes, nous sommes racistes, et c'est ce qu'on aime/ c'est comme ça qu'on veut que ça se passe).
Ce passager témoigne et annonce son intention de porter plainte.
Espérons que son histoire va faire un peu réfléchir les gens sur ce qu'est le racisme au quotidien: pas seulement l'attaque de grosses brutes néo-nazies, mais aussi celui qui s'exprime dans l'attitude de la RATP, dont les agents sont venus vérifier qu'il n'y "avait pas de bagarre" et ont fait redémarrer le métro au lieu de le stopper pour faire arrêter ce néo-nazi et ses acolytes.
Un des supporters racistes identifié figure d'ailleurs en photo aux côtés du dirigeant du parti xénophobe UKIP, Nigel Farage, dont il serait selon un de ses anciens camarades de classe un fervent supporter.  
Les supporters de Chelsea sont également sous le coup d'une enquête de la police anglaise pour des slogans racistes émis lors de leur retour de Paris, dans la gare londonienne de St Pancras.  

Signalons également que de nombreux supporters ont manifesté eux contre le racisme avec des banderoles et des pancartes, et que les joueurs eux mêmes portaient des logos antiracistes sur leur maillot, lors du match suivant de Chelsea au Royaume Uni.

"Islamo-fascisme" : une simplification démagogique qui complique une lutte rationnelle contre l'intégrisme

Islamo-fascisme? Ce mot-polémique, resurgit cette fois dans la bouche du Premier ministre, Manuel Valls. Ce lundi matin 16 février sur RTL, au lendemain des attentats sanglants de Copenhague, il a appelé à combattre ce mal.
Nous sommes tous décidés à nous opposer à des terroristes se réclamant de l’islam radical ou d'ailleurs de toute autre idéologie de haine. Mais le terme "islamo-fascisme", loin d'être innocent et descriptif , à été popularisé par les "néo-conservateurs" américains par le passé afin de justifier des guerres et opérations militaires.
La structure même de ce mot, bâti à partir de "islam" et non de "islamisme" est génératrice d'islamophobie.
Le simplisme du rapprochement islamisme - fascisme vise à amalgamer tous les mouvements islamistes, quelle que soit leur orientation. Peut on dire que la parti Ennhada en Tunisie est-il "islamo-fasciste"? Certes pas. Et au fond quel besoin autre que manipulatoire d'accoler les 2 termes islam et fascisme.? En réalité ce terme publicitaire minimise et euphémise le caractère du fascisme historique.


Ces mots dans la bouche de Manuel Valls n'arrivent pas tous seuls, et Manuel Valls n'est pas un militant du parti ouvrier d'Irak, c'est le premier Ministre d'un pays qui vend des avions de guerre aux militaires égyptiens, certes dénonciateurs fervents de l'"islamo-fascisme", mais assassins des démocrates égyptiens. L'utilisation politique de certains concepts n'a pas les mêmes implications selon le contexte: ainsi par exemple, les antisémites français utilisent depuis des années des expressions, des concepts, disent des choses , qui en interne à Israël n'ont pas du tout la même résonance, la même histoire, les mêmes effets qu'ici. Se déclarer "antisioniste" en pleine offensive militaire quand on est à Jérusalem,par exemple, n'est pas la même chose que se déclarer "antisioniste" en France quand des synagogues sont attaquées.

Quant à l'"islam politique", c'est un concept très vaste qui définit énormément de courants. Et si les Frères Musulmans sont un mouvement de l’islam politique, les qualifier de "fascistes" en bloc revient, par exemple, à dire " la droite, c'est tous des fascistes". C'est complètement absurde, même si ça fait du bien, et c'est pour le coup très connoté géographiquement et culturellement, on n'aurait jamais l'idée de faire pareil avec des courants politiques occidentaux ayant un siècle d'existence dans divers pays, donc un siècle de pratique, de corpus idéologique qui se sont incarnés de manière très diverse. 
D'ailleurs on voit immédiatement les limites d'une telle simplification en prenant l'exemple de Manuel Valls lui même qui déclare démagogiquement vouloir combattre "LES" Frères Musulmans , sans rien définir. Va-t-il enlever la Légion d'Honneur à Tarek Oubrou, l'imam cité en exemple par tous les gens de gauche peu regardants parce qu'il déclare désormais le port du voile non obligatoire et même problématique ? Va-t-il fermer toutes les mosquées affiliées à l'UOIF, et qui, défendant un conservatisme parfaitement banal pour des religieux s'opposent évidemment aux courants intégristes et terroristes ? 
Ces simplifications démagogiques ne résolvent rien, ne combattent rien, elles rendent juste plus difficile une lutte rationnelle contre l'intégrisme, d'un côté et un combat offensif contre la réaction en général.

samedi 21 février 2015

Quand Jean-Marie Le Pen atteste que Roland Dumas n'est pas antisémite...

Le 16 février 2015, sur BFM TV, Roland Dumas évoque la femme de Manuel Valls concernant une "probable" influence juive sous laquelle serait le Premier Ministre

Dumas s'est rangé depuis très longtemps du côté de Dieudonné et de la famille Le Pen.

En décembre 2006 il était déjà présent au Zénith pour applaudir Faurisson invité par Dieudonné. Il y côtoyait amicalement tout le gratin du FN ainsi que Soral. En réalité ses liens antisémites sont plus anciens et remontent à sa coopération avec le général Tlass, inamovible ministre de la Défense de Hafez El Assad (le père). Tlass finançait les groupes d'extrême-droite dans le monde entier et particulièrement leur propagande négationniste; voir notamment http://www.memorial98.org/article-26215995.html
Quelques jours après sur RTL, Jean-Marie Le Pen vient à l'aide de son vieux copain et en tant que grand spécialiste, atteste que Dumas n'est pas antisémite

Il n'y nul naufrage de la vieillesse chez celui qui fut l'avocat et compagnon de route de Kadhafi, bien reçu chez Omar Bongo, celui qui en 1988 négociait avec Roland Gaucher du FN pour essayer d'obtenir qu'il n'appelle pas à battre la gauche, celui aussi qui parle d'Elie Hatem, membre de l'action Française et du FN à Paris comme d'un "grand ami", qui a recommandé Aliot au barreau. Ses derniers propos parfaitement prévisibles sont plutôt un naufrage pour ceux qui ont fait mine de ne pas voir le reste pendant des années, notamment au PS.

mercredi 18 février 2015

Pour le Parquet, refuser d'inhumer un bébé rom est "inadapté" mais pas discriminatoire

L'enquête sur le refus d'inhumer un bébé rom par le maire de Champlan a été classée sans suite.

Réserver les places au cimetière "à ceux qui payent leurs impôts", c'est inadapté mais l'enquête n'y voit pas là de la discrimination... Quand on est rom, se voir refuser l'école pour les enfants, une place au cimetière ou le droit non seulement à un logement décent mais même à un tout petit peu de stabilité dans les bidonvilles, ce n'est pas être confronté au racisme, c'est juste pas de chance, ils ne tombent que sur des élus et institutions qui ont une interprétation erronée des textes...

Une décision grave du Parquet, qui a manqué une occasion de faire respecter l'égalité des droits.

mardi 17 février 2015

Profanation du cimetière juif de Sarre Union : faire cesser l'indifférence face à l'antisémitisme

Nouvel acte antisémite avec la profanation d'un cimetière juif en Alsace le 15 février 2015. Qui cherche à agresser ainsi la population juive de France? Il n'y a évidemment aucune piste ni même hypothèse sur les responsables. Rappelons néanmoins qu'en Alsace, de nombreuses profanations de tombes juives et musulmanes et d'autres actes racistes ont été commises durant ces quinze dernières années par des membres de groupuscules néo-nazis. Un des cas les plus connus est le saccage du cimetière juif d'Herrlisheim en 2004

Le vortex de la haine. Plus la violence se déchaîne, et plus elle se déchaîne encore.
Nous savons tous que l'antisémitisme se nourrit de l'antisémitisme, que les horreurs commises entraînent d'autres horreurs enco
re plus grandes et pas les remords ou les regrets des antisémites. Nous le savons parce que cela a toujours été ainsi.
Nous savons aussi que nous pouvons essayer d'arrêter cela. En nous mobilisant. Nous savons parfaitement bien que le problème, ce ne sont pas seulement les antisémites, mais l'indifférence face à l'antisémitisme. Et au delà, la gêne vis à vis de la lutte contre l'antisémitisme dans les rangs de la gauche et du mouvement social, cette gêne qui se matérialise aujourd'hui par l'absence quasi-totale de manifestations de rue et de gauche contre l'antisémitisme.
Cette gêne que d'aucuns transforment en bonne conscience avec l'argument " C'est bon, y'a toujours des Ministres pour manifester contre ça".
Seulement, les Ministres n'empêchent rien, comme chacun l'a remarqué. Pouvons nous l'empêcher ? On ne sait pas, mais continuer à ne pas essayer, c'est laisser faire.


«Nous sommes tous indignés par cette profanation, c’est très grave», «Il n’y a pas d’indifférence des jeunes par rapport à ce qui s’est passé» : voilà ce que déclarent quelques uns des 400 lycéens qui ont organisé une marche à Sarre Union le 17 février. Un exemple à suivre. 

Voir aussi la Déclaration de l'association Memorial 98 (www.memorial98.org)

samedi 14 février 2015

Quand Louis Aliot montre le fond fasciste du FN

Louis Aliot est censé représenter le courant "dédiabolisé" du Front National. Il révèle dans un discours aux militants FN du 92 une partie de l'univers mental des dirigeants de ce parti d'origine et d'idéologie fascistes, comparant notamment la diffusion de l'Internationale lors de l'enterrement de Charb à un enterrement nazi.

Le terme fascisme est un terme générique, qui inclut le nazisme, et se fonde sur des critères communs à un ensemble de forces politiques passées et présentes, dont le culte du chef, un parti autoritaire censé exercer à terme un pouvoir total sur toutes les sphères de la société et tous les champs d'activité, la guerre totale à toute forme de démocratie, l'affirmation de la virilité et de la guerre comme les fondements d'une société saine, l'antilibéralisme et l'anti-communisme, des formes variées de racisme et de xénophobie, parmi lesquelles l'antisémitisme. Parler de fascisme n'exclut absolument pas la dénonciation de l'antisémitisme. Parler de nazisme est plus complexe, parce que le nazisme est un phénomène politique daté, d'une part, et d'autre part, cela élude la question des origines du fascisme: Maurras, l'Action Française, Barrès et bien d'autres, dont certaines forces issues de la gauche n'ont pas attendu les nazis pour poser les bases politiques du pré-fascisme, notamment en matière d'antisémitisme.

Autour de la condamnation du national socialiste et négationniste Vincent Reynouard

Le parquet fait appel de peine de prison de deux ans à laquelle a été condamné le 11 février 2015 le néo-nazi Vincent Reynouard, estimant que la peine est "disproportionnée" au vu de ce que prévoit la loi. 
Encore un "cafouillage" judiciaire concernant la répression des propagandistes de la haine...

Il n'y a pas de différence juridique entre les délits de "négation du génocide" et celui de "apologie de crimes contre l'humanité". La peine encourue est d'un an de prison ferme dans tous les cas. Et la peine peut être portée à cinq ans dans le cas où les faits reprochés ont entrainé de manière directe des atteintes aux biens et aux personnes. Il n'est pas prévue d'aggravation de la peine en cas de récidive. 
 
Reynouard ayant immédiatement interjeté appel de son côté, le procureur n'était pas obligé de le faire. De plus, si l'on doit parler d'amateurisme judiciaire, alors les procureurs auraient du interjeter appel de la plupart des décisions de condamnation pour apologie du terrorisme, la plupart étant des torchons juridiques pris en cinq minutes. Ils ne l'ont pas fait et n'ont pas semblé trop embêtés de l'irrespect du droit dans ces circonstances, la disproportion n'en est pas moins flagrante. Dans un cas , l'Etat se moque de passer pour un destructeur de libertés, mais face aux néo-nazis, par contre, c'est une préoccupation majeure, qui donne même lieu à des déclarations dans la presse. Une nouvelle fois, en tout cas, ça laisse un goût très amer , il y a toujours un "souci" avec les procédures contre cette mouvance en ce moment, et le hasard a bon dos, au bout d'un moment, il n'y a pas de vraie volonté politique de lutter contre tout cela, à mon avis, sans quoi il n'y aurait pas "amateurisme".

Reynouard affirme ouvertement sa totale admiration pour le nazisme et ses crimes, et se revendique national-socialiste.
Une nouvelle fois, la différence de traitement est flagrante entre le militant néo-nazi ultrarécidiviste et ces gens qui ont pris parfois jusqu'à trois ans ferme avec mandat de dépôt à l'audience pour "apologie du terrorisme", en comparution immédiate, et sans que les droits de la défense ne soient respectés.
Cette politique aura de graves conséquences pour l'avenir, car elle épargne les propagandistes: d'ailleurs Reynouard faisait l'objet d'un entretien avec le site de Dieudonné et Joe Le corbeau à la sortie de son proçès, réitérant avec un plaisir visible, les pires discours négationnistes et l'apologie du 3ème Reich.
 

vendredi 13 février 2015

Nouveau cas d'humiliation d'une étudiante voilée dans une fac de droit

Les cas d'humiliation publique de jeunes étudiantes se multiplient, notamment dans les cours de droit, et quiconque a fréquenté ces filières sait à quel point le racisme y est présent, depuis toujours, également dans le corps enseignant.
Dernier incident en date, le 2 février à l'université Paris 13 Villetaneuse, quand un enseignant exprime son hostilité au voilé, en présence d'une étudiante portant un foulard. Plusieurs élèves prennent la défense de leur camarade, et l'enseignant sera déchargé de cours par la suite.
Un incident similaire avait eu lieu en janvier, voir l'article
Les camarades de classe d'une élève avocate voilée empêche une agression de la part d'un professeur


Si actuellement, les autorités restent fermes, il faut rester vigilantEs: la posture de martyr adoptée par ces hommes qui rêvent d'exclure des femmes peut lancer une dynamique politique, comme dans tant d'autres domaines, et l'extrême-droite comme une partie de la droite feront tout pour en faire une "question nationale " et "un péril pour l'Université".

Le voile intégral étant interdit dans l'espace public, il ne peut s'agir de cela. La loi dans les universités dit la même chose que la loi tout court, il n'y a aucune restriction à la liberté de se vêtir comme bon nous semble, hormis pour les agents de service public, la loi de 2004 s'applique uniquement dans le primaire et le secondaire, pas dans l'enseignement supérieur. Mais c'est symptomatique que l'enseignant parle de "visage voilé", se couvrir les cheveux étant déjà apparemment une atteinte insupportable à l'idée que se fait ce monsieur de sa liberté, le droit de tout voir chez une femme même si elle ne le souhaite pas.

Certains évoquent à ce sujet un recul du féminisme, non pas en visant le professeur mâle qui cherche à humilier une jeune femme et à lui faire abandonner un cours, mais en ciblant la coiffure de cette jeune fille. Une attitude hélas courante à chaque fois qu'on parle de l'oppression subie par une femme voilée dans ce pays, le débat finira toujours par faire de la victime un problème en soi... Alors qu'en l'occurrence, la jeune femme est étudiante en droit, ce qui démontre une certaine autonomie.

mardi 10 février 2015

Manifestation à Oxford contre la venue de Marine Le Pen : unite against fascism !

Combat (international) contre le FN: manifestation le 5 février 2015 dans la ville universitaire d'Oxford contre l'invitation de la dirigeante de l'extrême-droite française par le club "Oxford Union". 
Dans leurs appels à manifester comme dans leurs slogans, les 300 manifestants ont pointé le racisme et l'islamophobie du FN, ainsi que son antisémitisme.
Un des mots d'ordre de la manifestation concernait le fait que cette invitation de Marine Le Pen donne de l'écho et de la légitimité à des thèses racistes, ce qui n'a rien à voir avec la liberté d'expression.
On peut regarder plusieurs petites vidéos de la manifestation antifasciste dans cet article du Guardian, dont un message de solidarité adressé à la France, aux musulmans, aux Juifs qui ont peur face aux positions du FN, nous invitant à l'unité de toutes les communautés face au fascisme et à l'espoir  : http://www.theguardian.com/world/2015/feb/05/marine-le-pen-front-national-oxford-union-university-speech-delayed-protesters

La Grande Bretagne est régulièrement mobilisée contre le racisme : très régulièrement, lorsque l'EDL (English Defense League) manifeste par exemple contre des mosquées, des contre-manifestations multi-culturelles sont organsées.
On peut également citer une mobilisation du même genre concernant le négationniste britannique David Irving ainsi qu’un dirigeant du Parti national britannique (BNP) Nick Griffin 

lundi 9 février 2015

Élection législative du Doubs: une victoire à l'arraché contre le FN

On peut se réjouir de la défaite de la candidate FN lors du 2e tour de la législative partielle, le 8 février 2015, dans le Doubs. Néanmoins, les résultats de ce 2e tour sont inquiétants: maintien d'une abstention massive, progression importante de la candidate d'extrême-droite, faible écart final. Le discours du candidat PS élu est inquiétant aussi: il remercie avant tout les dirigeants de la droite qui ont appelé à voter pour lui.
Or le défi essentiel face au FN consiste à sortir du désespoir produit par la crise économique et par la politique asociale du gouvernement en place. C'est dans cet espace que le FN déploie sa démagogie prétendument favorable aux salariés, à condition qu'ils soient "nationaux". On mesure ce soir l'ampleur de la tâche pour faire reculer le FN, lui arracher son masque "social" et le battre lors des prochains scrutins; voir l'analyse de Memorial98 : Front National, un prétendu tournant social

Les électeurs de gauche qui sont allés voter malgré la politique minable de ces dernières années sont vraiment admirables, et le PS a vraiment de la chance de pouvoir compter sur la conscience antifasciste des gens de la base. Par contre, les électeurs de l'UMP qui passent au FN sont donc de plus en plus nombreux, comme quoi, la ligne raciste assumée et sans cesse répétée de la mandature Sarkozy les a totalement décomplexés.

Chiffres à l'appui, l'analyse confirme le basculement d'une partie grandissante des électeurs UMP vers le FN au second tour, ainsi que la mobilisation d'une partie des abstentionnistes du premier tour pour le FN.
Mais un élément nouveau apparaît, la mobilisation antifasciste d'une partie de l'électorat de gauche au second tour, malgré le rejet de la politique du gouvernement exprimée par l'abstention au premier.
Plus que jamais, le combat antifasciste se mène donc à gauche: ce résultat invalide totalement les thèses selon lesquelles la gauche devrait, pour combattre la tentation raciste, caresser les électeurs de droite et d'extrême-droite dans le sens du poil pour ramener vers elle des électeurs. La droitisation des discours d'où qu'elle émane ne fait que décomplexer les racistes et démobiliser les gens de gauche.
 

vendredi 6 février 2015

Patron de bar... et dessinateur de croix gammées à ses heures perdues

« Jude go home », voilà ce qu'on a trouvé chez un patron de bar de la Drôme, qui a dessiné des croix gammées sur sa devanture. Il est également soupçonné d'avoir tagué une croix gammée sur une pizzéria tenue par un Arabe.
Les croix gammées existent bel et bien, ce n'est pas une dénonciation douteuse. Mais pas de comparution immédiate pour ce petit patron, il est convoqué dans un mois et comparaîtra libre. Qui sait, il aura peut-être même un comité de soutien à l'audience, comme en ont eu d'autres racistes et antisémites...
C'est ça aussi, la justice à deux vitesses, la justice emprunte de préjugés racistes et contre les précaires...

jeudi 5 février 2015

Quand la n°2 de l'UMP colporte des rumeurs islamophobes...

Le poison de l'islamophobie: Nathalie Kosciusko-Morizet invente un conte à dormir debout et le rend public. Quelques heures après avoir appelé à voter contre le FN lors de l'élection du Doubs, le N°2 de l'UMP colporte une rumeur mettant en cause des parents musulmans de Mulhouse.
Ceux-ci sont accusés d'amener le matin leurs enfants à la prière et donc de les faire arriver en retard à l'école; ce qui serait pour elle une "maltraitance"et mériterait le retrait des enfants de leur famille.
 NKM rétropédale et s"excuse": elle avait "mal compris" les propos du maire de Mulhouse. Mais elle tient néanmoins à maintenir une accusation contre les parents musulmans de Mulhouse...


Antisémite, anti-système... mais aucun problème d'intégration dans le milieu politique ordinaire ?

Décidément, la prétendue lutte "contre le système " des antisémites de la mouvance fasciste empêche de moins en moins une ascension rapide dans le milieu politique ordinaire. On se demande même si ce n'est pas un petit atout...
Ainsi en 2012, à Marseille, Hassan Guenfici était le suppléant de Salim Laïbi, le Libre Penseur (c'est le nom de son site), aux législatives. Il faisait tous les meetings de la campagne du propagandiste , dont certains aux côtés de Soral et Dieudonné.
Pourtant parmi bien d'autres postulants, il parvient à obtenir une place sur la liste des municipales d'une candidate UDI dès 2014. Un parti où il est adhérent depuis 3 ans. Et c'est lui qui était choisi comme candidat aux départementales cette année, les affiches étaient même prêtes et seules les dernières frasques de Dieudonné suite aux attentats ont conduit à ce qu'il soit écarté par le parti, qui jusque là, parfaitement au courant de son passé très récent , considérait apparemment cela comme un atout précieux

dimanche 1 février 2015

Criminalisation des enfants pour apologie du terrorisme : où est la gauche antiraciste ?

Parmi les témoignages à charge contre Ahmed, 8 ans, traîné au commissariat de Nice pour apologie du terrorisme, et contre son père, celui de la déléguée des parents FCPE, semblait à priori peu suspect: voilà une maman qui fait mine de "vouloir dégonfler l'affaire", mais qui en passant décrit le père comme un excité incontrôlable ayant envenimé et médiatisé une situation dans laquelle enseignants et direction de l'école voulaient "juste" discuter.
Mme Therache Mollet a été citée sur TF1, France Télévisions et dans l'Express. Seulement, Mme Therache est également une propagandiste raciste extrêmement violente comme en témoignent ses captures d'écran faites sur son Facebook par des militantEs antiracistes, avant qu'elle ne les efface.


Outre le problème médiatique, ceci en soulève un autre, récurrent: si ce genre de personnes est désormais acceptée dans des organisations censées être antiracistes comme la FCPE, que reste-t-il de l'universalisme de ces organisations ?

Reprenons : au départ, on apprend l'affaire par l'avocat de la famille du petit Ahmed, sans quoi d'ailleurs les autorités n'auraient pas eu à se justifier et ne l'auraient pas fait. Une affaire similaire est survenue sur Villers Coteret, le 15 janvier, avec convocation pour "apologie du terrorisme" d'un enfant de neuf ans, qui montre qu'on n'est pas dans un contexte isolé, et que la Ministre a menti en disant qu'aucun enfant de cet âge n'était convoqué pour apologie du terrorisme . 
 "C'est un autre enfant qui vient [le] dire après coup à sa mère qui est l'une des employées de la cantine, qui le dit à la personne qui encadre la cantine, un signalement est rédigé, (...) on prévient la brigade de gendarmerie", voilà ce que dit le procureur, et qui montre bien le vide du dossier, dossier qui n'est sorti que parce que les parents portent plainte pour diffamation. 

Concernant Nice, dans un premier temps, le Ministère affirme ne pas être au courant et la direction de l'établissement se justifie en invoquant la circulaire et en évoquant certes le comportement du père, mais sans nier la convocation de l'enfant. Puis la Ministre intervient et prétend que c'est seulement le père qui a été convoqué, et c'est à ce moment là qu'elle parle brusquement de "problèmes familiaux " et que l'enfant a été entendu dans ce cadre là. 
Lors de la conférence de presse donnée par la police auparavant, qu'on peut voir en replay sur les sites des chaînes d'info ou sur You Tube étrangement, la police, elle, ne nie pas avoir interrogé l'enfant sur cette affaire d'apologie du terrorisme. 
Pour le reste, personne ne ment, au sens formel du terme, simplement comme le dit si pudiquement la FSU, tout le monde se rend bien compte que "la machine s'est emballée", qu'un gamin de huit ans a été convoqué et interrogé au commissariat, et donc on cherche évidemment des explications de "contexte", les meilleurs étant évidemment celles qui correspondent aux préjugés, le père arabe violent, c'est parfait, évidemment. 
Sauf que même dans le cas où ce serait vrai, cela n'expliquerait pas la convocation et l'interrogatoire du fils: en cas de maltraitance, dans ce pays, il y a, s'il est besoin d'entendre l'enfant, un truc qui s'appelle la brigade des mineurs, avec une procédure protectrice, ça se passe pas au comico avec des flics de permanence.

Cela doit nous interroger sur la prise en compte de la parole des victimes, dans la mesure où un enfant de huit ans a bien été interrogé au commissariat pour des propos pro-terroristes, cela personne ne le le nie, de toute façon, certains cherchent juste des excuses diverses. 
Il est extrêmement dommageable d'avoir à reconnaître qu'aujourd'hui, une personne potentiellement victime de ce genre d'abus a finalement tout intérêt à contacter plutôt une organisation comme le CCIF, où elle sera bien accueillie et non soupçonnée, où sa parole vaudra celle d'enseignants et de policiers. Dommageable parce que ce devrait être le rôle de la gauche antiraciste, mais c'est pareil pour les actes antisémites, il vaut mieux aller voir le CRIF que cette même gauche. Et en fait, c'est ce que les gens font en général. pour après être accusés de communautarisme. Mais on se défend comme on peut, et avec les organisations qui font le meilleur boulot au quotidien.
 Et depuis des semaines, du boulot il y en a, car les affaires médiatisées sont les plus criantes, mais partout en France, les personnes aux opinions racistes utilisent la situation et les circulaires du Ministère pour pourrir la vie des musulmans, à l'Education Nationale comme ailleurs...