samedi 12 décembre 2015

Valérie Pécresse: une campagne raciste et hypocrite






Actualisation du 15 juin 2016:
V. Pécresse a annoncé, mercredi 15 juin, que la région IDF ne subventionnerait plus de char pour la Marche des Fiertés (anciennement Gay-Pride) à Paris.
Pécresse précise au sujet de cette décision : "J'ai fait le choix de baisser la participation de la région cette année. Elle s'élèvera ainsi à 25.000 euros contre 30.000 euros l'an dernier car la région ne financera plus le char."
Au lendemain de l'attaque terroriste homophobe et meurtrière à Orlando, c'est un signal lourd de symboles. Valérie Pécresse avait inclus des représentants du mouvement anti-mariage gay sur sa liste lors des dernière régionales. L'une de ces élues, Caroline Carmantrand, avait ensuite été nommée à la tête de la commission famille du conseil régional. Durant la campagne, Valérie Pécresse avait également menacé de couper les subventions des associations "politisées", visant ainsi l'Inter-LGBT,
organisatrice de la marche des Fiertés.

Après Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes,  qui a diminué la subvention de la Maison d'Izieu, mémorial des enfants juifs assassinés par les nazis, il s'agit d'un mauvais coup supplémentaire, à caractère homophobe.



Actualisation du 23 janvier 2016:

Le Conseil régional Île-de-France présidé par Valérie Pécresse (Les Républicains) a voté jeudi 21 janvier la suppression de ses aides au transport pour les étrangers en situation irrégulière par souci de "justice et d'équité". Cette mesure, annoncée par Valérie Pécresse durant sa campagne, a été approuvée par le Front national et vivement dénoncée par l'opposition de gauche. La mesure a finalement été adoptée par 131 voix pour et 64 contre. "Je la supprime complètement, ils ne peuvent pas s'offrir une télévision, est-ce que c'est notre rôle de leur offrir une télévision ?", avait-elle lancé dans Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI du dimanche 10 janvier. Le Front national s'est félicité de la mesure. "Quelle fierté et quel plaisir de voir une des principales propositions du programme du FN" soumise au vote, s'est exclamé Aurélien Legrand, vice-président du groupe.

Memorial 98


La droite se déchaine littéralement en région Ile-de-France. Au delà de la campagne officielle, on assiste à une vague d'attaques violentes dirigée contre Claude Bartolone. Celui-ci, tête de liste du regroupement de la gauche PS- Front de Gauche-Europe Écologie, a osé affirmer que Valérie Pécresse "tient les mêmes propos que le FN" en formulant ainsi: "Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux..." Ces paroles de Bartolone provoquent un grand émoi, y compris au sein d'une partie du PS qui n'assume pas cette polémique. Rappelons qu'il s'agit notamment d'une référence à Nadine Morano, toujours membre du même parti que la candidate et eurodéputée.  

Or Pécresse, qui crie à l'amalgame, a entre-temps largement droitisé et radicalisé sa campagne avant le 2e tour de l'élection. En témoigne sa profession de foi officielle, reçue par tous les électeurs et qui représente un concentré de démagogie raciste et d’amalgames, appuyé sur le terme codé de "communautarisme" qui dans le langage FN et alliés désigne la population d'origine musulmane. Dès la dixième ligne de cette profession de foi, on lit ceci, directement repris des idées frontistes: " ... Je défendrai l'autorité et les valeurs républicaines, contre le communautarisme et la radicalisme, les trafics et la corruption. Mr Bartolone n'a pas voté la loi anti burqua. Nous n'avons pas la même idée de la France ni la même conception de la femme"  
Qui insulte et qui diffame? On notera au passage que Nadine Morano réclame une déchéance de nationalité à l'égard de femmes portant la burqua.

En réalité, Pécresse défend bien une certaine idée de la "race blanche", notamment en stigmatisant sciemment les quartiers populaires et la Seine Saint Denis, stigmatisés comme porteurs de   "communautarisme,  radicalisme, trafics". C'est d'ailleurs une constante de sa campagne, comme nous l'avons montré à propos des transports et de l'Aide médicale d’État 

De plus, la pourfendeuse du "communautarisme" pratique elle-même ce type de propagande récupératrice, de manière particulièrement nauséabonde
Elle exploite la fête juive de Hanouca afin de cibler les électeurs juifs en jouant sur l'islamophobie, comme le montrent les éléments de langage et courriers destinés à rabattre le "vote juif" (ci-dessus dans le lien). Elle est aidée dans cette tâche par le très communautariste député LR Meyer Habib. Dans ses documents elle renvoie d'ailleurs dos à dos le FN et la gauche qu'elle rebaptise extrême-gauche en appelant à  "faire barrage au Front national comme à l'extrême gauche."

Son "communautarisme" s'adresse aussi aux courants catholiques  regroupés autour de la "Manif pour tous". Elle les a massivement intégré sur ses listes: six proches de la Manif pour tous y figurent en position éligible 

Enfin Valérie Pécresse se plaint d'être "diffamée" mais elle est une dirigeante du parti LR dont le chef  vient de justifier et légitimer le vote FN http://info-antiraciste.blogspot.fr/2015/12/sarkozy-legitime-nouveau-le-front.html.

La mise en cause de la campagne de V. Pécresse est donc parfaitement légitime. Mais Bartolone doit en tirer les conséquences. Peut-on lutter contre les discriminations et tolérer en même temps que F. Hollande et Valls envisagent de reprendre la politique des déchéances de nationalité, issue des bas-fonds du FN et de la droite radicale, voire du régime de Vichy

Au lendemain des régionales, cette mise en cause du droit du sol et du droit à une double nationalité doit être immédiatement retirée.   


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.