samedi 29 août 2015

Marion Maréchal Le Pen chez les catholiques: le retour de l' Action Française?

L'invitation de la députée du Front national  Marion Maréchal-Le Pen (MMLP)  à une université d'été catholique officielle  représente déjà un succès pour le parti frontiste. Elle doit participer samedi à Plan-d'Aups-Sainte-Baume à une table ronde sur le thème "Politique et médias".

Il ne s'agit pas d'un hasard ou d'une "recherche de pluralisme" mais bien de relations politiques entre un clergé local d'orientation fondamentaliste et une dirigeante frontiste qui se vante de sa proximité avec ce milieu. En effet MMLP  est proche des organisations intégristes, adepte du pèlerinage de Chartres avec le groupe Notre-Dame de Chrétienté, soutien des militants de la Manif pour tous et de son aile extrême des " Veilleurs", qu'elle avait rencontré officiellement à Versailles le 21 mai dernier pour «dénoncer le rôle de l'Union européenne dans la GPA ». Elle vient aussi de se livrer à une attaque contre la religion protestante, en déclarant:  « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine, résistance face à la terreur révolutionnaire, face à la réforme protestante, face à l’occupant allemand, face au funeste projet de l’Union européenne en 2005. »

Cette université d'été a été initiée par l'évêque du diocèse de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey, figure très conservatrice et "identitaire " de l'épiscopat français, qui assume son choix d'inviter Marion Maréchal-Le Pen au motif que le Front national "fait partie du paysage politique français, surtout dans le sud de la France".  Le journal local Le Ravi  avait déjà décrit les inclinaisons intégristes et homophobes de cet évêque. Le site  Internet de l'évêché en question comportait d'ailleurs un texte particulièrement obscurantiste à propos des risques sataniques qui seraient transmis notamment par la participation à la franc-maçonnerie et l'homosexualité active mais aussi par la pratique du yoga; la médiatisation récente de la présence de MMLP a conduit a un retrait de ce texte.
   

Au delà de cet évêque, la hiérarchie catholique de cette région est marquée par l'influence de l'extrême-droite. L'évêque d'Avignon Mgr Cattenoz se répand en propos complotistes et antisémites codés dans la presse d'extrême-droite. Il y déclare: " je pense qu’il serait bon regarder de plus près les financeurs du PS. C’est-à-dire ? Je ne peux, hélas, pas me prononcer publiquement mais je pose la question et je me demande quels peuvent être les lobbies qui font pression sur le PS pour qu’une loi qui vient bouleverser l’équilibre de la société (concernant les écoles privées NDLR) soit votée aussi précipitamment..."
En juin dernier, comme le rapporte le Canard Enchainé il a fait venir le maire FN de Camaret-sur-Aigues ( Vaucluse) dans l’Église locale pour y placer la bourgade "sous la protection du Sacré-Coeur de Jésus en s'engageant à prendre des décisions conformes à l'enseignement de l’Église..." Cette violation flagrante de la laïcité a provoqué de nombreux remous et la révolte du mouvement "Chrétiens en Vaucluse" qui demandent son départ. Dans le même département se trouve l'abbaye du Barroux, dont le chef Dom Gérard Calvet soutient le FN.

Par delà  ce climat local dans une région de forte implantation FN, c'est l'influence de la fraction conservatrice de l’Église catholique qui se trouve mise en lumière. Pendant le pontificat de Benoît XVI (2005-2013) les intégristes catholiques ont été encouragés dans leur offensive réactionnaire.   

Symboliquement, lors de sa visite en France en 2009, ce pape avait exigé de porter  des vêtements et objets liturgiques provenant de l'abbaye du Barroux que nous avons mentionnée plus haut. Il était d'ailleurs prêt à réintégrer dans l’Église l’évêque négationniste Williamson. On a pu parler au sujet de Benoît XVI de pape "révisionniste".

Son retrait et l'arrivée de François a modifié la donne mais les forces réactionnaires et intégristes demeurent très puissantes. Elle le sont particulièrement dans l’Église de France, qui a été marquée dans le passé par l'antisémitisme anti-dreyfusard, l'influence des royalistes de l'Action française dirigée par Charles Maurras (dont MMLP est une bonne disciple) et la soumission au régime de Vichy. On a aussi pu le constater dans l'organisation de la mobilisation contre le droit au mariage pour tous; la hiérarchie catholique y a joué un rôle capital.

Mais une autre tradition  existe aussi au sein de l’Église, notamment dans le domaine de la lutte contre le racisme et pour l'accueil des migrants. Or MMLP mène une campagne particulièrement violente dans ce domaine en déclarant notamment: " "Nous ne voulons pas de la Paca black-blanc-beur, mais de la Paca bleu-blanc-rouge ... Il est hors de question que notre région passe de la Riviera à la favela... "

C'est ce qui a conduit le porte-parole de l'épiscopat, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, a préciser que "la ligne des évêques de France par rapport à la doctrine du FN n'a pas changé" depuis les condamnations fermes de ses thèses dans les années 80.
Le prélat a cité comme "premières", parmi les "valeurs de l’Évangile", "l'accueil de l'autre, le respect de l'étranger, la conception d'une société qui n'a pas peur". " Ces idées ne sont pas vraiment conformes à ce que prône aujourd'hui le Front national. Si le Front national pense qu'il a changé, il faut qu'il le montre", a-t-il estimé.
Les responsables du journal "catho de gauche", "Témoignage chrétien",  sont eux vent debout contre l'initiative de Mgr Rey.
"Nous appelons les responsables catholiques et les catholiques responsables qui aujourd'hui sont une majorité stupéfaite et muette à rompre le silence, et à s'élever contre cette banalisation dangereuse d'un parti qui fait de la haine de l'étranger son fonds de commerce", ont-ils écrit dans un communiqué.

Accompagner la progression du  FN ou la combattre, tel est en effet l'enjeu. 


 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.